OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Un aperçu de nos opérations

OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:05

OP Milsim chez les Jock'Air

Les Jock'air nous invitent sur leur terrain pour une OP de 24h.
Notre déploiement viens d’être annoncé pour le 31/10 à 12h00 dans les environs de Montbrison (dans la Loire).
La fin des opération est prévue le 01/11 pour 13h00. Entre ces deux horaires notre unité devra être en autonomie complète et en situation de jeu.

L'unité devra être équipé en conséquence.

ORDRE DE MISSION
https://www.dropbox.com/s/bn87563drlv96 ... N.pdf?dl=0
https://cdn.fbsbx.com/hphotos-xtp1/v/t5 ... 331AF&dl=1

Toutes les info utiles seront regroupées sur cette page.


-Qui sont les Jock'Air : Pour ceux qui étaient à S&D3 c'est l’équipe en camo suédois qui nous traquait avec un Drone. Pour les autres https://www.facebook.com/pages/Jokair-E ... le_browser
ils sont de la Loire donc pas très loin de chez nous.

-Date : Debut OP 31 oct 12h00, Find' OP le 01 Nonv 13h00

-Lieu : Aux alentours de Montbrison dans la Loire (à 2h de route de Grenoble ou Valence)
Les terrains sur lesquels nous évolueront sont des terrains avec autorisation et l'evenement serra déclaré à la gendarmerie locale.
https://www.google.fr/maps/place/Montbr ... 901ebb5152
Point d'isertion :

-Dispos : http://doodle.com/poll/kznd2r5vf6kd2wi5

-Environnement:
L'OP se déroulera sur un ou plusieurs terrain autorisé, de type foret avec peut être présence d'un CQB.

- Covoiturage :
Voiture 1 (depart de....)
Voiture 2 (depart de....)
Voiture 3 (depart de....)
Voiture 4 (depart de....)

-Equipement de jeu :
-Equipement VZ95 de rigueur avec boonie, si vous avez pas que du VZ mixez avec du OD, pour les répliques tachez de rester dans l'esprit phenix (AK, VZ, Minimi, M4 (j'ai pas dit amib) scorpion etc...)
- règles de puissance selon le respect de la loie don <2 joules vous pouvez dons avoir des AEG à 400fps.

-Materiel
- Prévoir le matériel nécessaire être en autonomie et passer la nuit sur le terrain.
- Habillement chaud et imperméable à prévoir, à cette saison la météo est généralement contraignante et la zone peut être assez humide.(poncho ou imper indispensable, chaussettes de rechanges etc...) enfin bon souvenez vous de blackday et adaptez ce qui vous manquait.)
Les distances parcourues resteront raisonnable, donc on peut privilégier des vêtements confortable et un peu moins light.
- Bivouac, on passera la nuit sur le terrain ça ne veut pas dire qu'on dormira pas ! On ne crapahutera pas toute la nuit, mais on reste en condition de jeu, il faudra donc prévoir de monter un bivouac tactique avec tour de garde, et deux Tarp pour nous protéger d'une éventuelle pluie. (j'en ai un) prévoyez de quoi être à l'aise pour les phases de repos (libre à vous de prendre duvet ou tapis de sol) par contre je veux pas voire de hamac orange fluo au milieu de la foret ou de truc pas du tout tactique ;) (On listera le matos commun a prendre en dessous.)
- Nourriture : prévoyez votre nourriture et eau pour 24h, on prévoira un réchaud discret pour pouvoir manger chaud la nuit, à cette saison un café, une soupe de nouille ou un sachet repas c'est très appréciable.
- Matériel nocturne : Idem que pour blacday une petite lampe avec un filtre noire pour naviguer discrètement, des lampes tactique sur vos réplique uniquement si elles sont fiable et quelle ne se déclenchent pas toute seule, je veux pas voire de flache par ce qu'une lampe déconne ou que quelqu'un à appuyé par erreur sur la commande déportée, donc évitez les commandes déportées sur les poignées. Idem pour les laser, d'ailleurs évitez les laser ça n'est pas d'une grande utilité, quand on décide de tirer, à ce moment là on allume par flash bref.

- Materiel commun à prendre :

SIERRA
Seb :Tarp N°1, GPS N°1, Tapis sol N°1
Tino : Bache de sol N°1, Rechaud N°1
Benounn : Rechaud N°2, Thermos 1, GPS 2, Tapis de sol N°2

A repartir : Duvets et tapis de sol

BRAVO
- Blackburn: Tarp N°2, Une trousse d'urgence pour l’équipe
- Mariufle bache de sol N°2, Rechaud N°3, GPS N°3 + 1 duvet
- Aure 1 tapis de sol
-Sima 1 tapis de sol + 1 duvet

Ceux qui n'ont pas de matos prendront un peu plus d'eau ou porterons les duvets.

- Organisation de l'Unité: en deux groupes.

Groupe Sierra :
Benounn (reco) / Ewok (Operateur)
Tino (Gunner1)/ squall (Operateur)
Seb (Leader1)

Groupe Bravo (sous le commandement de Sierra)

Auré (Reco) / Mariufle (Gunner 2)
Blackburn (Leader2) / Simao (Opérateur)

PS: Les Opérateurs prendrons des rôles complémentaire comme médic ou artificier (par ex pour détruire le matériel de com adverse) comme ça on sait qui doit faire le job et les autres ont plus qu'a se poster en protection.
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:05

Retex de Benounn :


Bon hé bien c'est parti pour mon retex Je l'ai mis en pdf sur la dropbox avec les images

Tout d'abord un grand merci aux Joker et aux orgas qui nous ont concocté un bon petit we!

Merci à Aure pour la route, et merci à Frew pour m'avoir prêté son sac que j’espère n’avoir pas trop malmené. Merci aussi à Chat noir pour la proposition de sac, que j'ai finalement décliné^^




Phase 1 :

Après un topo de la situation, un coup d'oeil à la carte et un habillage en règle, nous nous mettons en route en deux escouades Bravo et Sierra. Perso, j'ai jamais compris qui était qui, d'autant qu'on m'a changé de groupe entre deux...
(je sais je suis venu un peu en dilettante...)
Comme expliqué ci avant par nos camarades, nous prenons donc la direction du tunnel dans une forêt relativement dense, parsemée de restes de camps de fortune. Quelques semblant de chemins rendent la progression plus ou moins aisée.
Ewok et moi prenons la tête de la colonne et nous progressons furtivement. Après une centaine de mètres un premier contact à 11h. Il s'agit d'une belle biche (comme la CMA - Dropbox). Celle-ci s’égaillera rapidement sans demander son reste. Nous reprenons notre progression. La forêt se densifie, et il devient difficile de progresser sans bruit.
Nous arrivons rapidement en vue de la route départementale que nous devons traverser par un tunnel. Un chemin à niveau nous permet une approche rapide et relativement discrète. En cas de contact, il nous suffirait de se coucher sur le chemin pour avoir une position défensive parfaite.
Nous laissons donc Sierra (ou Bravo) sur le chemin et progressons jusqu'au tunnel. L'entrée de celui-ci est barrée par une barrière que j'ouvre d'un geste prompt. (J’espère que le dernier qui est passé l'a bien remis en place) Deuxième obstacle une flaque. D'un pas je la traverse et me présente à l'entrée du tunnel. Celui-ci est sombre et humide. Un rapide coup de lampe me permet de voir comment il est fait: une première partie rectiligne, assez grossière et assez bas de plafond suivie d'une deuxième partie en virage à droite un peu mieux maçonnée. La dernière partie descend en pente pour aboutir dans un vallon dans lequel s'écoule un léger ruisseau.

Très rapidement mes yeux s'habituent à l'obscurité et je parviens à distinguer correctement la forme générale du tunnel. La traversée se fait en canard et je comprends que j'ai vraiment mis beaucoup trop de choses dans ce sac! Ma veste aussi comprend cela puisqu'elle en profitera pour se faire la malle et ne reparaîtra jamais... Elle n'aura donc jamais été portée!! C'est quand la prochaine commande?

Nous sortons donc du tunnel et progressons rapidement d'une centaine de mètres pour repérer et sécuriser la sortie du groupe de queue.
Nous continuons la progression tandis que les derniers éléments sortent du tunnel. Très vite un premier contact apparaît devant les yeux aiguisés de Boldrago. Nous opérons un repli tactique sur un chemin assez carrossable. De là nous reprenons notre progression sur le flanc droit du vallon.
Arrivé à la hauteur du camp N°1, nous séparons à nouveau les groupes. Je suis affecté à Sierra pour aller reconnaître le pont en bois au niveau duquel doivent se trouver des kits médics.
Bravo de son coté ira en direction du camp N°1 pour trouver des informations.


Nous partons donc sous la direction de Blackburn en direction du pont. Celui-ci étant au niveau de la rivière je choisis d'emprunter directement le lit de la rivière. Ziiip je glisse en descendant dans le ruisseau. Damn, pas facile ici... Je me retourne pour avertir Aure, trop tard, celui-ci est déjà le cul par terre lui aussi!
Je continue la progression lentement mais sûrement et profite d'une trouée dans le relief pour quitter le lit de la rivière et récupérer sur le versant de gauche un chemin bien pratique. Nous attendons que tous les opérateurs aient traversé la partie technique et reprenons notre progression silencieuse.
Nous arrivons bientôt au niveau du pont. Je me mets tout de suite en couverture une dizaine de mètres en aval, Mariufle et Simao font de même tandis que Aure et Blackburn détruisent le pont heu... fouillent la zone du pont.

Nous sommes bredouilles.

Nous retournons quelques 50 mètres en arrière dans une position sûre afin de se regrouper et prendre des nouvelles de Bravo.
Décision est prise d'envoyer les deux meilleurs éléments en reconnaissance sur le camp ennemi. Le but étant de récupérer des infos fiables sur la position et le nombre d'ennemis à traiter sur le camp 2. C'est ainsi qu'Aure et moi, après avoir déposé nos sacs, partons en direction du pont. Dernier point "safe" connu. A peine avons nous traversé le pont que nous sommes pris à partie par 2 contacts à quelques dizaines de mètres sur notre gauche (en aval du ruisseau donc puisque nous nous apprêtions à grimper droit dans la pente le versent droit de la rivière).

D'office nous répliquons, j'envoie des rafales de 3 billes en direction du feu ennemi, que j'ai du mal à localiser. Aure fait de même me laissant la possibilité de me replier sur une position plus confortable. J'ouvre à nouveau le feu sur l'ennemi que j'aperçois maintenant clairement. Je suis prêt à couvrir le repli de Aure quand je prends une bille dans le boonie, je m'effondre donc le long du ruisseau.
Je suis out pour 1h environ
Aure se débat comme un bon bougre, parvient à se replier dans les méandres du ruisseau, puis prenant de la hauteur sur le flanc droit, il sort un premier ennemi. Notre équipe est là pour nous appuyer. Aure tente une désertion en se repliant vers nos lignes et se fait abattre de sang-froid par l'inébranlable Simao. Pas de désertion chez les Phenix! Tenez-le-vous pour dit!

Remise en jeu après la prise du camp 2.

Après avoir pris le camp 2, nous nous regroupons, remettons en jeu les outs et débriefons rapidement avant de retourner prendre position au camp 1. Là nous opérons une photo de groupe tactique...


Après avoir désamorcé les claymores (3 au total) nous organisons la surveillance du camp et faisons le point avec les cerveaux du groupe sur ce que nous savons, ce que nous allons devoir faire et comment on va s'y prendre.

Au bout de quelques temps d'une attente passive, nous recevons l'ordre d'exfiltration aux véhicules. Nous devons retraverser la route en empruntant le tunnel.
Nous reprenons la formation initiale. 5 opérateurs Bravo et 4 Sierra. J'ouvre la marche et au bout de quelques dizaines de mètres d'une progression silencieuse, je repère à une quarantaine de mètres devant moi un contact en position accroupie. En premier lieu je pense que c'est Aure qui, étant resté au niveau de sa position de garde attendait notre passage pour prendre le train en marche. (Je n'avais pas fait le compte personnellement de tous les membres de notre groupe avant le départ). Comme je ne suis pas Simao, je préfère ne pas ouvrir le feu, ce qui laisse le temps au contact de se mettre à couvert. (Il a eu de la chance, parce que sinon, on l'aurait pas raté!)
Nous opérons un repli rapide pour tourner autour du contact par le côté ouest du terrain (nous progressions plein sud) Bravo se positionne en couverture avant de recoller au groupe.
La manœuvre réussi plutôt bien et nous dépassons les contacts pour se retrouver à environ 150 m de l'entrée du tunnel. Nous sommes sur une position en hauteur qui est idéale à défendre en cas de pépin.
Pour je ne sais quelle raison la progression stoppe subitement. Je me retrouve seul avec Ewok en tête de groupe tandis que le reste de Sierra et Bravo sont en attente en contre-bas du parking.
Cela laisse très certainement le temps aux patrouilles ennemies le temps d'atteindre l'extrémité sud du terrain.
La progression reprend enfin, et nous abordons la dernière descente vers l'entrée du tunnel.
J'ai à peine avancé d'une trentaine de mètres à découvert que je prends 3 billes dans le plastron. Je m'écroule au sol et regarde ce qu'il va se passer.
Etonnement, pas d'assaut en vue, je ne sais même pas d'où sont parties les billes?
La formation s'organise et au bout de quelques minutes on vient me récupérer. Bravo à tous pour cette action coordonnée.
On me remonte dans une sorte de faille dans le versant de la colline pour me soigner pendant 10 longues minutes que l'ennemi met à profit pour nous encercler.
Lorsque la progression reprend à nouveau, nous tombons rapidement sous le feu de contacts répartis dans plusieurs directions différentes. (côté sud et sud-est en particulier). Bravo parti en tête est bloqué par le feu ennemi, et demande du secours. Nous quittons donc nos positions défensives d'arrière-garde pour recoller. Ces positions sont rapidement prises par l'ennemi qui se retrouvant en surplomb par rapport à nous n'a aucun problèmes pour nous décimer.

Nous sommes rapidement tous éliminés.
Après une remise en jeu nous continuons notre exfiltration. Craignant un coup fourré nous choisissons de traverser la route entre deux voitures. La traversée est assez épique, pas forcément très discrète et pire, je me vautre en arrivant de l'autre côté de la route. 10 jours après j'ai encore mal au tibia....

Nous rejoignons rapidement le couvert de la forêt et choisissons de progresser en bordure de champ pour plus de rapidité et de discrétion.
Nous arrivons alors aux voitures où nous nous préparons à la mission suivante.




BAL 1 et BAL 2
Je passe sur le fait qu’on ne sait pas conduire en convoi, on refera un topic là-dessus la prochaine fois...
Aure et moi avons la charge de la BAL 2, à Marcilly-le-Chatel.

Nous repérons sur la carte IGN/sattellite et photo fournie la position de la BAL. L'idée est d'être le plus discret possible, le plus tôt possible et le plus rapide pour récupérer la BAL (enveloppe craft).
Arrivant à Marcilly, nous faisons un premier passage proche de la zone sans s'arrêter, pour ne pas attirer l'attention sur nous. Nous sommes habillés en civil (pantalon sport gris et veste capuche noire + bonnet pour moi, Jean et veste sombre pour Aure.) Nous avons chacun un GBB caché dans une sacoche pour moi et dans une veste pour Aure. J'ai également un couteau à la cheville en cas de problème ou de fouille trop superficielle.


Nous nous garons dans une rue secondaire et sortons du véhicule pour rejoindre la zone de la BAL par un itinéraire discret. Nous longeons donc un chemin très sombre dans lequel notre progression ne sera certainement pas remarquée. Un bruit à gauche nous fait tendre l'oreille. Il s'agit d'une vache.
Arrivé au point de repère (les 3 étangs) nous traversons une haie sur notre droite, ce qui nous amène à longer la lisière de la forêt pour rejoindre la zone. La progression est silencieuse mais nous craignons d'être vus depuis les maisons. Pas question donc de faire de mouvements brusques, de la lumière ou du bruit.
Tant bien que mal nous tachons d'estimer la position de la BAL par rapport aux points de repère visibles de nuit.
Après avoir dépassé la zone nous revenons légèrement sur nos pas. Nous sommes maintenant au bon endroit, et il s'agit de trouver une enveloppe craft dans le noir complet, sans plus d'infos. Bref… Pas facile !
C'est chaud. Au bout de quelques minutes à chercher nous recevons un SMS de Boldrago qui nous donne une info supplémentaire. Ok nous devons aller chercher dans le champ une palette. Nous progressons donc en parallèle en direction de la maison pour maximiser nos chances de trouver la BAL. Nous obtenons également l'info que le bâtiment en face de nous est le QG ennemi. Il y a pas mal d'allées et venues dans la cour, nous devons donc nous immobiliser régulièrement pour éviter d'être repéré.

Nous nous approchons de plus en plus de la bâtisse et j'estime que nous sommes trop proches de celle-ci pour continuer sans risques. Je commence alors à rebrousser chemin et tente de prévenir Aure que j'ai perdu de vue. Celui-ci me rejoint en tenant à la main la fameuse enveloppe! Bravo à lui.
Je suis soulagé. Maintenant il s'agit simplement de revenir sur nos pas et de récupérer la voiture qui est garée... Quasiment en face du QG ennemi!
Nous décidons donc d'appeler à la rescousse pour sécuriser le message avant d'aller chercher le véhicule.

Mission réussie.

Infiltration en terrain ennemi : Bivouac et ligne téléphonique.

La nuit est maintenant complètement tombée. Nous rejoignons en voiture le point renseigné sur les documents récupérés à la BAL2. Nous nous équipons à nouveau et prenons un chemin de terre en formation serrée. La visibilité est très faible et nous devons rester proches pour ne pas se perdre de vue. J’entends Ewok sur mes talons et active le pas. Nous n’avons qu’un km à faire, mais nous sommes un peu à la bourre et il faut faire vite pour ne pas rater notre contact.
Arrivé en haut du chemin, à 60m de la route, nous choisissons de bifurquer sur notre droite et de longer la lisière de la forêt afin d’être moins visible.
C’est une bonne idée, sauf quand il faut sortir du champ à l’autre bout. A mon avis, un troupeau d’éléphants auraient fait moins de bruit au passage de la barrière…
Une fois sortis du champ nous repérons 3 voitures garées sur le bas-côté. Nous nous interrogeons sur leurs propriétaires ? L’orga nous confirme par téléphone que c’est clean.
Nous le retrouvons une cinquantaine de mètres plus loin à l’entrée du terrain. Tout le monde se regroupe, nous attendons les instructions.
En 2 mots, la balise de brouillage des communications a été activée par l’ennemi. Nos radios sont donc dès à présent inopérantes. On nous remet 4 téléphones de campagne ainsi que 2 bobines de fil de 400m, afin d’établir un périmètre de sécurité autour duquel nous ferons des patrouilles pendant la nuit.

Notre lieu de bivouac est situé à une centaine de mètres de là.
Notre contact nous abandonne et nous prenons la direction du lieu de bivouac. Après avoir tourné un peu dans les environs, après s’être posé pas mal de questions sur une lumière suspecte dans les bois (la lune en fait) nous choisissons un coin au fond d’une longue dépression de terrain. C’est idéal à défendre et ça reste assez discret pour ne pas se faire repérer de trop loin.

Nous organisons des roulements pour manger, monter le tarp, surveiller les alentours et poser la ligne téléphonique.
S’en suit de nouveaux roulements repos, patrouille, surveillance du camp. Je prends un tour de garde avec Seb et Ewok. Nous repérons des hostiles, mais ceux-ci sont dans la forêt et il serait trop risqué d’essayer de les déloger. Nous nous contentons de les savoir suffisamment à distance.
Toutes les 30 min nous faisons notre rapport à Squall qui est au bivouac à l’autre bout du fil. Les tours de gardes au clair de lune s’achèvent avec la relève.
Vers 4h30, la position de l’antenne relai nous est envoyée. Elle se situe environ à 1km.
Je me porte volontaire pour surveiller le camp tandis que Sierra et Bravo partent pour l’asso. Aure restera avec moi pour braver le danger. Nous nous endormons rapidement dans nos duvets bien chauds, la réplique à porter de main. (ainsi qu’un gbb dans duvet).
6h30, nos vaillants combattants reviennent victorieux. L’assaut a été difficile, beaucoup de nos camarades sont tombés, mais l’antenne a pu être détruite !
Nous recevons l’instruction de surveiller le camp jusqu’à 11h, un contact viendra nous donner de nouvelles instructions.
L’attente / surveillance est longue. Nous en profitons pour se relayer boire quelque chose de chaud et nous faisons les sacs, de manière à être prêt à quitter le camp à la moindre alerte.
Seule une patrouille de reconnaissance menée avec Ewok viendra casser la monotonie de l’attente.
J’en profite pour regarder les résultats du Rugby ! Bravo les Blacks ! Et je me prends en photo…
A 11h, toujours rien.
11h25 contact ! ça y est ça vient. Nous sommes bien organisés en défense et repérons les premiers éléments de ce qui deviendra l’assaut final.
En face, les ennemis sont très mobiles et ils se tiennent à couvert ou hors de portée. Un premier assaut et porté sur le flanc nord. Puis rapidement l’ennemi opère un contournement à couvert en s’appuyant derrière la bâtisse en bois.
Nous échangeons des tirs, mais je ne parviens pas à toucher.
Je change de poste de tirs afin, de ne pas laisser à l’adversaire la possibilité d’ajuster sa visée.
A la radio ça s’excite, je sais que je suis seul de mon côté car les autres opérateurs sont partis sur notre flanc nord le plus exposé.
Les minutes s’écoulent et nos adversaires parviennent à contourner suffisamment pour pénétrer à l’intérieur de la dépression par le coté sud. S’ils arrivent à rentrer en nombre nous nous retrouverons coincés entre eux et les adversaires encerclant la dépression.
Sentant cette menace je me retourne et voit quasiment à découvert un homme en uniforme suédois. Je n’hésite pas et l’arrose copieusement. Il tombe au sol. Un deuxième homme se cache derrière une ligne de fourrés, nous échangeons des tirs, je finirai par le mettre out, sans en être trop sûr. Ayant demandé du renfort Simao arrive en soutien. Je suis sur le flanc ouest de la depression et lui coté est. Notre position est assez confortable. Je descends alors dans le fond de la dépression pour checker la zone et vérifier que le 2ème homme est out.
J’arrive à une dizaine de mètres du corps quand un 3ème individu se présente. Etant attentif et prêt à faire feu, je le cloue au sol de 3-4 billes. Celui-ci n’avait pas bien estimé la situation pensait ses camarades encore en jeu.
Je dégaine alors mon GBB pour aller checker enfin le 2ème homme. Je suis toujours couvert par Simao depuis sa position en hauteur. Alors que je m’approche suffisamment prêt je tombe droit dans la ligne de tir d’un 4ème suédois. Celui vide son chargeur … déjà vide … sur moi. J’en réchappe donc par chance ! Heureusement qu’il a tiré à vide, sinon je restais très probablement sur le carreau !
J’ai à peine le temps de me replier afin de retrouver le couvert ainsi que l’appui de Simao que la partie s’achève.

Go pour le briefing tous ensemble.
Un bon grand week-end bien rempli tout ça !
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:06

RETEX de Blackburn :

Ok ok c'est partie pour moi.
je vais pas vous faire le retex qui a déjà était fait mais plutôt revenir sur les points chaud.
on commence par le TK de sima a l'encontre de aure. Les TK ca arrive et ca arrivera toujours et a tous le monde par contre meme si on nous demande de couvrir un secteur faut rester a l'écoute du team leader et regarder de temps a autre ses coéquipiers.
j'ai pas a dire a chacun ou se trouve tel ou tel personne, a 4 c'est possible mais si on n'est 15 comment on fait?
donc tres important même en poste on se renseigne ou sont les potes et on garde un visuel sur le team leader a part contre indication de celui- ci.

ensuite l'assaut de bravo sur le camp suédois. Bonne progression avec un relief pas évident car tres a découvert.
on monte en ligne et on surprend les survivants comme quoi de bosser les déplacements ca sert.
sima se fait plaisir couvre ma progression sur le tarp bon boulot de bravo.

Je passe notre découpages lors de l'extraction pour venir faire le point sur les rdv du soir.
petit rappel même si on est dans les voitures sur un parking nous sommes en jeu et on peut se faire lever donc même si c'est long et chiant on reste dans les voitures on en profite pour dormir ou manger un truc mais on reste dans les voitures. quand seb et moi somme arrivé au parking c'etait un peu la fête du slip en aucun cas le fait de monter dans les voitures signifier un arret de jeu le point de rdv était a 300 mètre et des patrouilles du secteur était possible faudra faire plus attention la porchaine fois.

On part sur notre bivouac on trip 20minute sur une lumière qui au finale se révèle être........... la lune :lol:
on sent au bivouac qu'il y a du savoir faire direct des mecs en surveillance d'autre au montage du tarp et seb qui inspecte les alentour je dis un grand oui.
sinon un tuto sur des noeuds pratique a enlever serait un plus pour une grande partie des komando parce que le montage du tarp sans pluie et par température plus que correct a était plutôt long et heureusement que j'était la.....
ouais non en fait j'ai servi a rien je sais a peine faire un noeud de chaussure donc va falloir que je bosse sur le sujet

on discute deux seconde avec seb et voila qu'il donne le coup de grace faut trouver la croix et tirer le fil du téléphone.
putain c'est pas parce que je suis électricien qu'il faut que même en week end je touche du câble.
un gros chapeau a mariufle et surtout squall pour l'idee de test les phones avant de tout tirer et un gros chapeau a squall pour avoir tirer le câble c'était la merde.

4h on part sur l'antenne bonne progression en silence on arrive au dernier virage et la un cailloux se sucide sous mon pied et un autre sucide mon genoux la putain de sa race hs off

assaut de l'antenne ben en gros ils sont statique donc on voit rien,nous on bouge donc ils nous voient.
donc moi je dis la prochaine fois je laisse la lampe tous le temps de toute façon on s'est fait lever donc comme ca on verra ou ils sont au lieu d'attendre qu'il nous tire comme des lapin


assaut fini on rentre et on n'attend l'attaque du camps et la je pète un câble, les 20 minute de dodo font le boulot et le fait que sima ai le même tube digestif qu'un canard on contribué a une sorte de folie douce.
bon on se fait attaquer de tout côté il y a des morts de notre côté et du mal a soigner mais on tien donc bravo.

merci a tous pour avoir bien fait le boulot, n'avoir jamais rechigné a faire les choses et surtout en cas de moment chiant faudra vous souvenir de ma chute qui fut clairement une distorsion de l'espace temps
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:09

RETEX de Tinosis :

Dur (CMB) de poster après Mariufle !

Comme toutes les op de 24H non stop, le meilleur moment c'est le lendemain quand on prend sa douche et qu'on pose sa pêche sur sur un vrai trône en repenssant à tous ce qu'on à vécu pendant ce weekend :D Parce qu’il faut avouer que lorsque l'on dort quasiment pas, garder un bivouac qui se fait pas ou très peu attaquer, seul dans un coin, la nuit, sans pouvoir utiliser la radio ni une lampe, sans avoir manger correctement et le tout dans l'humidité de la foret, dès fois on a du mal à croire qu'on était volontaire pour ça ! Mais pour la prochaine je ressigne direct ! C'est tellement bon !

Pour commencer, on va parler des Jock'air, les gars ne rigolent pas avec le milsim ! Une très bonne team hyper impliqué, il y a vraiment du niveau autant sur le jeu que sur le role play, en orga aussi ils se déchirent, Blackday c'est captur the flag sur terrain aménagé de palettes à côté !
ça fait plaisir d'entendre de leur bouche à la fin de l'op qu'ils ont eu du mal face à nous et qu'ils pensaient que c'était facile pour nous alors que ça a jamais était le cas, dans chaques attaques qu'on à subit ou qu'on a donné, c'était hyper chaud ! On se croient discret parce qu’on allume pas trop les lampes la nuit mais ces gars c'est des fantômes ! Ils ne parlent pas, ne toussent pas, ne bouge pas, n'allume jamais leur lampes, même la nuit pour nous tirer dessus, bref, de redoutable joueurs !

Les terrains, parce que oui, nous avons joué sur deux terrains, étaient plus valoné que prévu, surtout le premier, avec le sac à dos toujours trop lourd et la batteuse dans les mains, la moindre pente te met les quadriceps et les mollets au rupteur direct !
Le deuxième était vraiment très praticable, avec de grands chemins bien propre donc très silencieux, le top pour évoluer la nuit discretement. J'ai l'impression d'avoir quand même plus marcher qu'a certaines op mais que c'était moins difficile.
La météo au top a fortement aidé à ce qu'on passe tous une très bonne op sans glisser tous les 10m sur un sol bien gras, ça n'a pas empéché Blackburn de se prendre LA boite du weekend, en trébuchant sur 1 des 2 seul cailloux d'un chemin, sachant que le deuxième a servit à amortir son tibia :D

Pour ce qui est du déroulement de la journée, Mariufle a tout dit !

Le fait d'utiliser des téléphones à fil rd c'était bien kiffant, de les transporter beaucoup moins ! Toucher des gars qui tombent sans crier OUT c'est aussi kiffant que contraignant, on à pas tous su le faire d'ailleurs, par reflex c'est vraiment dur de ne pas gueuler un OUT ou TOUCHE en levant le bras !

On remercie donc les Jock'air de nous avoir fait profiter de leurs terrains et de leur organisation, merci a ce putain de Komando Phénix, je me régal autant en jouant avec vous qu'un mangeant un mc gros ensemble, une vraie famille, Seb, Blackburn et Benoun vous gérez les gars, on galèreré grave sans vous et merci aux chauffeurs de nous avoir ramener sans faire de tonneaux !

Point à réviser : le convoi en bagnole ! La règle du jeu est pourtant simple, suivre le gars de devant sans semer celui de derrière ! :evil:
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:12

RETEX de Seb

Déjà avant l’OP on a passé 2/3 soirées au pub avec Blacky à organiser l’équipe autour de bonnes grosses pintes.

Samedi 11H on y est, dernier casse-croute au super U de Montbrison, je vais au chiotte regler une dernière affaire avant le rush et là je tombe sur un mec chelou, puis deux : Ewoc et Tino !
On n’a jamais été aussi coordonné pour un RDV et on a rassemblé toute l’équipe sans vraiment s’être concerté avant. Bon ça nous à pas empêché d’être 20 min en retard au RDV parce qu’on est des vrai grelanches et dès qu’on commence à parler chiffon…

12H45 Notre contact arrive, on finit juste de s’équiper, il me transmet les éléments de missions, une vague photo satellite avec deux camp matérialisés par une croix, Rien de précis il va falloir naviguer au flaire.
13h on démarre dans une forêt super touffue, heureusement que tout n’étais pas comme ça, le groupe se déplace silencieusement en restant sur ses gardes, on est frais mais on sent bien le poids des sacs, le franchissement du tunnel met bien dans l’ambiance ! Peu après la sortie du tunnel un premier contact nous force à nous replier en arrière, la couverture mutuelle est plutôt bonne, mais ça déroule pas assez vite pour se barrer de là, heureusement ils n’étaient pas très agressifs. Je me rends vite compte qu’à évoluer en groupe d’une dizaine c’est compliqué d’être discret et de réagir rapidement à un contact.
Rapidement on se sépare de bravo pour aller chequer le camp 1, on était sur nos gardes mais au final trois claymore nous ont à peine fait sourire, on à tout retourné pas un docu, rien, et pendant ce temps Bravo se fait accrocher au pont.

15h On redescend rapidos pour essayer de leur prêter main forte et là squall me dit je peux plus marcher. Il avait une ampoule allogène sous le pied ! D’ailleurs tu a bien fait de prendre les pansements qu’il fallait, ça t’as sauvé le weekend, tu aurais pu souffrir grave, à moins que tu ais serré les dents ? (PS les rangeos en cuire ne valent quand même pas des bonnes chaussures de rando pour aller en OP)

15h 15 on progresse en surplomb du ruisseau sur un petit sentier, au fond du vallon on entend rafaler la 249 de Mariufle qui nous permet de situer la position de Bravo. Ewok entre dans un découvert, paf paf il est Out, les mes était vraiment posté en sentinelles discrètes. On s’approche de lui en rampant dans un espace de progression très réduit, puis on l’extrait en arrière. Belle action ! Je sors le mec qui l’a outé, on réussit à en sortir un ou deux et on s’aperçoit qu’on est dans un camp ! On se fait rapidement plomber avec Tino. Au final le reste de bravo à terminer le travail, je dis donc Bravo ! Dommage qu’on n’ait pas réussi à mieux nous coordonner, on les aurait éliminés vraiment proprement !

16h30 remise en jeu au camp 1, j’analyse les éléments de mission avec blackburn et Benounn : encore deux pauvres photos satellite en noire et blanc avec un point de RDV et un horaire, mais impossible de savoir où ça se situe. Ils nous forcent à nous débrouiller avec des infos vagues. Pendant qu’on cherche des pistes sur la carte, le reste de la team nous protège, par une couverture efficace et un placement méthodique de chaque opérateur pour ne laisser aucune chance à un éventuel assaillant. Ah non merde ! ça c’est sur le papier ! Sur le terrain ça commence a sortir des blagues raffinées et à rigoler en mangeant des barres de céréales assis sur un tronc.

17h30 Ordre d’exfiltration aux véhicules, on tente un passage par le chemin, et on se retrouve vite face à un contact, on fait mouvement arrière pour retraverser la sapinière jusqu’au camp 1, ça déroulait pas mal, bon c’était pas non plus du Criss Costa mais on s’est bien désengagé. Bon pour la suite on à bien géré pour s’exfiltrer discrètement, le premier accrochage était impossible à éviter, on à réussi à relever et à soigner le blessé, mais bon ils nous attendaient posté au tournant, on aurait rien pu faire de mieux. La seul solution aurait été d’attendre 15 min de plus que la nuit tombe pour nous faufiler j’jusqu’à la Route. Bon je reviendrais pas sur le manque de coordination pour la traversée.
Pour le retour aux véhicules, je me voyais mal retraverser la foret touffue en pleine montée à chercher notre passage. La progression en lisière du champ était donc la plus indiquée, en acceptant quelque franchissement de cloture. D’autant plus qu’on maitrise cet art au plus haut niveau :D je pense que j’ai dû raller un bon nombre de fois en voyant cette masse de joueur agglutiné comme sur un étendage à linge sans que personne ne se place rapidement en protection dès qu’il à traversé.

19H45 On organise les point de RDV, en envoyant 2 binômes en civil et en gardant le reste de l’équipe dans les voitures prêt à intervenir.
Avec blackburn on se rend ves la step, on se gare à 400M du rDV, on s’y rend à pied, un scorpion dans le slip au cas ou, on passe devant une caravane dans un champ, je me dis qu’on va se faire croquer par un chien de gitan, on attend, la fin du créneau de RDV approche et je reçoit un SMS, « le deuxiéme point semble abandonné, et me donne la coordonnée GPS du premier point en me disnt que c’est proche du QG ENI » je retransmet vite à Benounn qui ne répond pas, on rentre à la bagnole, impossible de joindre benounn, on pense qu’il s’et fait serrer, on décide de se garer plus loin et de se rendre aux coordonnées pour trouver l’enveloppe ou lui prêter main forte. On finit par le joindre, ils ont les infos mais n’osent pas retourner à leur véhicule qui est proche du bâtiment ENI, on passe les récupérer en voiture il nous donne l’enveloppe et Auré part récupérer la voiture. Ce genre de RDV est un moment délicat dans le déroulement de la mission, il faut être prêt à réagir à chaque changement d’information, et le fait d’évoluer en milieu civil de nuit est assez déroutant. C’est vrai que pendant toute cette phase ceux qui attendaient dans les voitures ont dû se faire chier, mais que je ne mets pas en doute votre capacité à vous divertir.

22h On arrive sur le second terrain, on installe un bivouac tiré à quatre épingle puisque le montage de tarp n’as pas de secret pour nous, les joker n’ont qu’à bien se tenir lol. Le lendemain Simon m’as montré la vraie crevasse dans laquelle il voulait qu’on installe le bivouac, elle était carrément plus énorme et c’est pour ça qu’ils ont mis beaucoup de temps à nous trouver le dimanche matin.
La fatigue générale était palpable, je poste un groupe en couverture, envois Blackburn en repérage et fait manger un premier groupe. Je me prépare un Achis parmentier lyophilisée et part à relever tino à son poste de garde. Ces sachets sont super pratique pour manger chaud tout en montant la garde.
Bien joué à Blackburn pour avoir géré la mise en place du téléphone avec efficacité. J’espére que ceux qui ont passé beaucoup de temps en poste de garde se sont pas trop fais chier, j’ai essayé de faire un max de roulement mais ce n’est pas évidant de coordonner défense du camp, patrouille au téléphone et repos pour les autres. Au final on s’en est bien tiré mais on a payé un manque de repos général.

3H30 Info sur la position de l’antenne, Benounn préfère garder le camp en ne dormant que d’un œil, on convient qu’auré reste avec lui. J’espère que vous vous êtes pas trop fais chier. De notre côté la progression est presque trop facile, les chemins sont au top et la clarté de la lune est nickelle,
Arrivée au sommet on fait le choix de ne pas contourner la carrière ce qui aurait été très long et bruyant, surtout les arrières de l’antenne entaient gardés ça n’aurait pas changé grand-chose.
Premier engagement : 3pax en vue sur la route, on est 7 on lance l’assaut je sors 1 mec et là je me retrouve seul avec sima devant ! Je râle un peu pour relancer l’assaut et me rends vite compte qu’il y à pas mal de HS. Pour revenir sur cet assaut en considérant 3 pax sur la route contre 7chez nous on aurait dû les enfoncer facilement. 1ére erreur : ne pas être part à l’assaut avec les box des Gunner pleines les deux sont tombées en rade en même temps. Deuxième erreur : on à pas appliqué les feux et mouvement, dès qu’on était à portée de tir les deux opérateur les plus en avant auraient dû se poster en appui en éclairant a la flash light et lle reste aurait dû foncer sur les hostiles. Le problème c’est que des que j’ai donné le Go l’assaut n’est pas vraiment parti, tout le monde reste un peu sur la retenue et des qu’il y à un out les autres se postent et n’osent plus avance. Enfin c’est l’impression que j’en ai, c’était pas à moi qui portait l’explosif de me retrouver seul en avant.
Bon au final il s’avère que ça aurait été plus complexe par ce qu’il y avait des mecs postés partout.
On à réussi par ce qu’on avait la possibilité de nous soigner, au final j’ai pas trouvé cette action très milsim par ce que c’est comme si on avait attaqué à 20,rien que moi je me suis fait ressusciter deux fois, j’avais presque l’impression de voler la victoire mais au final ça à fait du beau jeux d’équipe et les joker l’ont perçu comme tel donc ça fait plaisir.
Ensuite exfiltration super tactical randonnée au camp pour une longue tenue de position.

7h00 Tous le monde est en position, on replie les téléphones, on se prépare à une évacuation musclée mais rien ! Les blagues hautes en couleurs commencent à fuser à la radio, ça papote à haute voix, ça boit du thé, le mot bite à été prononcé un nombre indécent de fois, j’étais presque dépité devant cette armada de branquignols que vous êtes ! mais en même temps j’avais tellement envie de rire ! c’est les nééérfs ! Heureusement que sima nous a fait un « contact fantôme » à 10 heures après avoir fumé un gros pet il a vus débarquer une armée de suédois sur des éléphant rose. Ça à permis de remettre tout le monde sur le qui-vive pendant au moins 10 minutes.
Au final on à mal géré notre attente matinale, après le repli des installations on aurait du profiter de faire des roulements sur la garde et de prendre du repos ! Ya qu’Ewok qui à bien saisi le concept du repos.
Ensuite le contact est arrivé, alors qu’on y croyait plus, et on s’est plutôt bien défendu.


On arrivera peut été à faire quelque chose de vous bandes de moules. ;)
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP MOUSSON 31 oct / 1 nov 2015

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:13

Mon Roman :

Départ 0930 tranquilou, avec des voitures blindées de beaucoup trop de matos.
D'ailleurs Blackburn et Tino je ne vous ai pas rendus réplique et chrony que j'avais chargé :|

1130 : Repas au chandelles au super U de Mont Brison, trop romantique.

1215 : On arrive au RDV et on s'équipe. On est tous bien chargés.
Notre contact nous donne les infos de mission. C'est assez (très !) vague, mais il nous dit qu'il continue à prendre des infos sur place et nous les envoie par SMS. On a des objectifs sur des images sat, mais les coordonnées arrivent au compte goute.

1330 : Après briefing de seb, on décolle. Progression silencieuse dans la forêt, pour aller s'infiltrer dans la zone hostile par un tunnel. Les sac sont bien lourds, mais c'est le début on est en forme et bien alertes.
On passe le tunnel par petits groupes en essayant de laisser des gars en couverture. Et c'est pas une partie de plaisir. On est direct dans l'ambiance, il faut marcher accroupis dans l'eau avec 40kg de matos, et le sac qui racle de partout. Ça fait les grave les cuisses, et tout le reste, la MK46 commence à déja à me rentrer dans l'épaule.

Vers 1400 on tombe sur un premier contact, pas d'engagement on se replis et on passe ailleurs.
Bravo file prendre le matériel médical nécessaire pour se remettre en jeu, pendant que Sierra va investiguer sur un camp ennemis ou ils pourraient trouver des infos.

1430 : Bravo arrive sur un petit pont en bois correspondant à la description de notre informateur, on cherche tout ce qu'on peut mais rien, pas de kit de soins... Ça commence bien ! En plus c'est bien connu le matos médical ça sert jamais pour attaquer un camp ennemis.
Pendant ce temps Sierra fouille le premier camp, pas de résistance, mais 3 claymores et pas d'infos non plus. Bien joué le gars de pas vous être fait péter sur les mines.

Vers 1500 on envoie Bennoun et Aure en Reco plus loin le long du ruisseau qui passe sous le pont ou devait se trouver notre kit médical. 25m plus loin ils entrent en contact avec plusieurs pax et essuient des tirs. Ils se replient pendant que l'on couvre, on appelle Sierra en renfort.
Bennoun est touché, pourtant bien à couvert, ça commence à sentir mauvais.

1530 On attends Sierra. Aure s'embusque et engage la patrouille ennemie, un hostile à terre, mais c'est chaud pour lui. On le couvre de plus loin, et il se replie. Gros manque de communication, et notre Sima de compét l'arrose copieusement :mrgreen: paye ton teamplay de folie :oops: . Coup de gueule de Blacky, on est dans la merde on est plus que trois, sans matos médical.

Sierra n'arrivera pas ils sont en contact. Ils sont en fait tombé sur le deuxième camp ennemi en voulant nous rejoindre, ça chauffe pour eux. On devait l'attaquer plus tard, tous en même temps.
Tant pis on improvise, les Trois bravos restant montons sur le camps ennemis à revers. On progresse le plus silencieusement possible, on voit des barricades en palettes, et un tarp tendu.
Simao, un peut plus à gauche, identifie des suédois derriere le tarp. On ouvre le feu. Pour ma par je tire dans la direction, mais je ne vois pas les pax. Sima et Blackburn progressent un peu. Une bille frôle mon boonie, une autre m'attrape l'épaule, je tombe.
Sima se rachète en sortant les derniers défenseurs du camp. Blacky fouille le camp, et trouve des document, et un kit de soin.
Après beaucoup (trop ?) de pertes on finis tout de même par prendre le dessus. Le pauvre squalou à déja les pieds en vrac, ampoules de folie.

1630 Phénix se regroupe et tout le monde revient en jeu. On doit sécuriser le camp 1, et attendre les infos d'exfiltration.
On désamorce les claymores, et on protège le leader qui prends les infos et fait un point topo avec bennoun. Ça commence un peu à se déconcentrer, à raconter de la merde à chambrer Simao pour son TK en mangeant des barres de céréales à 8000 calories.

1730 Tentative d'exfiltration par le tunnel. Premier accrochage sans conséquences à la sortie du camp, replis rapide avec bonnes salves de batteuses.
Malheureusement au niveau du tunnel on tombe sur une patrouille que l'on arrive pas à débusquer. On les fait reculer pour extraire bennoun qui est touché, et on se regroupe pour essayer de trouver un passage qui ne soit pas compromis. Rien à faire il faut descendre vers le tunnel et ça pue le coupe gorge.
La nuit tombe.
Bravo passe devant et entre en contact avec la patrouille en contre bas. Mais pendant que Sierra s'engage dans la pente, ils sont pris à revers par un groupe enemis qui se déplace rapidement et efficacement.
Je suis coincé dans mon buisson et j'entends les ennemis à 10m, mais pas de ligne de tir grrr... Bref on se fait gang banguer au milieu de la pente. L'orga met fin à l'action il doit rester 3 phénix debout.

1800 En pleine paranoïa on refuse de prendre le tunnel persuadés qu'ils nous attendent à la sortie, on traverse la route. On se replie sur les voitures, il fait nuit noire. Putain de clotures de compète, doivent pas être dociles les bestiaux dans ce pays, parce qu'elles font 1.60 de haut avec un barbelé tout les 10cm.

1900 On repasse en tenue civile, c'est un peu chiant, mais il faut reprendre les bagnoles pour aller chasser des infos en zone résidentielle.
Le binôme Blacky Seb part sur un premier RDV, Bennoun Aure sur un deuxième, ou ils cherchent une enveloppe.

Ewok roule à 38km/h.

Pendant ce temps le reste de la troupe pête des plombs sur un parking, Ewok se transforme en kéké parce qu'il se fait chier, on sort le réchaud et on se fait du café comme des clodos, Sima veut déserter pour s'incruster dans une soirée déguisée... Des professionnels quoi.

2100 A la radio on apprends qu'il ne se passe rien coté seb. Bennoun et Aure finissent par trouver une enveloppe.

Décollage vers un nouveau terrain ! Autant c'est chiant de poireauter dans les bagnoles, autant le changement de terrain en pleine nuit on l'avait pas vu venir.

Ewok roule à 37,5 km/h.

On pose les bagnoles au point indiqué, au bord d'un petit canal, et on se rééquipe. C'est toujours un plaisir de remettre le sac...
On pars pour un point de RDV avec notre informateur, progression sans lampe, en silence. La lune se lève, orangée, il y aura du jus d'orange cette nuit dirait légolas.

L'informateur nous explique que nous arrivons dans la zone ou les suédois brouillent les coms (donc pas de radio !). La mission pour cette nuit : établir un bivouac, et déployer un réseau téléphonique avec des téléphones et des grosses bobines que le contact nous refile. Ensuite on devra envoyer une équipe de démolition pour faire péter le système de brouillage.

Les bobines et les tél pèsent une burne, déja qu'on était chargés.
Psychotage sur une lumière qui s'avèrera être... la lune :|

On établis le bivouac dans un creux pendant que certains sécurisent. Premiers signes de fatigue.
On part en reco chercher le point de la croix blanche. Un champ de ronces me donne une petite impression de BlackDay 3.
J'escorte ensuite Squalou et Blacky qui déroulent la grosse bobine de fil pour établir une com entre le camp et la croix blanche.

0030 : Ces vieux bigots marchent super bien, on fait du coup notre rapport au camp. On garde le point une petite heure.

Seb et bennoun viennent nous relever, on rentre gaméller au camp, on à bien les crocs après tout ça.
Les gars qui chouffent commencent à en avoir plein le cul, le fait d'avoir tout un tas de point à défendre fait qu'on ne peut pas en laisser plus de 3 gars se reposer.
1h pour 2h de garde...

Bref pas le temps de pioncer, je relève Tino, et je vais me geler le cul 1h30 dans l'humidité au nord est du camp. Les feuilles qui tombent et les bestioles me font faire à peut près une crise cardiaque toute les 10min.

Un accrochage à l'autre bout du camp vers 0200, deux des nôtres ont marché sur des scouts ennemis venus fureter autour du camp, et se sont fait découper. Blacky et Sima les font fuir.

0300 : Je vais filer un coup de main à Blackburn et Sima qui chouffent à la croix blanche, je me calle et il s'endorment comme des merdes. Blacky ronfle tellement que j'entendrais pas un blindé débarquer :mrgreen:
Vu que moi aussi je suis un pro, je choppe le tel pour faire un petit rapport au camp, et en tournant la manivelle, je le débranche de la bobine... Je passe un bon quart d'heure à refaire le branchement dans le noir.

Vers 0400 : Seb Ewok Tino et Squall nous rejoignent. Go mission de destruction de l'antenne de brouillage, ça y est on à les coordonnées.

On longe un champ vers l'ouest pour ne pas débarquer depuis la direction du camp. On remonte rapidement par un chemin, sans faire de bruit.
Arrivé au pied de la carrière, on voit clairement l'immense antenne au sommet de la colline, avec la carrière sur le flanc.

Seb choisit de continuer sur la petite route, pour ne pas faire de bruit. On grimpe.
Arrivés en haut, on essaye de passer sur la gauche de la route pour ne pas arriver comme des cons par la porte d'entrée. On arrive sur un à pic, il va falloir passer en force par la route.
Black se met une énoooorme taule :o . Sur le coup flippant mais maintenant je me marre bien en revoyant l'image.

vers 0500 : Blacky repère les premiers pax de part et d'autre de la route, on recule on peu.
Petit briefing. On lance l'assault en ligne. Je distingue vaguement les gardes 30m devant, on continue d'avancer au max et...
Premier tirs, ça va très vite, je flash et je réplique en me rabattant dans le talus de gauche. Ewok et black à terre. J'essaie de maintenir la pression mais je tire à vide.

Apparement on en à descendus 2. Je change de Box dans le stress.
Seb tente de monter à gauche mais se fait dessouder, Sima réplique et fait mouche. Croyant qu'il shoote seb je l'arrose ... oups :oops: Heureusement ça passe au dessus.

On avance doucement, en sécurisant mètres par mètres et en soignant les blessé une fois la zone safe.
On prends le point haut sur la gauche ce qui me permettra de flasher un peu partout et de couvrir les copains avec Tino, et de débusquer 2-3 suédois. Les gars sont nombreux, bien planqués, il tirent juste, bref c'est pas si facile.

Vers 0600 : On pose l'explosif et on soigne seb avant de se replier sur notre camp. Bien contents d'avoir réussi la mission.
On peut utiliser les radios à nouveau.

0700 Retour au bivouac, pas dormis, il faut tenir le camp jusqu'à 1100, où notre contact doit nous rejoindre pour exfil.
Seb s'attends à une attaque donc tout le monde en déf.
C'est looooooong, il fait froid et humide. Et bordel c'est looooooong :mrgreen:

1105 Ils ont même pas attaqués, je retourne au bivouac pour finir de plier histoire d'être prèt à décoller en vitesse, Ewok fait le con on raconte des conneries, j'enlève des couches en mode tranquille, et forcément... CONTACT...
Bordel ça fait 3h que je chouffe et il faut que ça soit au nomment ou je suis à la rue !

Je grimpe sur le surplomb au sud du camp, pour aider Bennoun et Sima mon chest ne tiens que par un bretelle, j'ai pas mon boonie... Je met la pression par petites salves sur les déplacements de jokers. Ils attaquent aussi à l'ouest.

Ils bougent vite tout en shootant.
Je prends une bille dans la main.

Seb organise la défense et envoie des renforts à Aure qui les retient à l'ouest. Black soutient Bennoun au Sud et se rends compte que je suis à terre.
Sima et bennoun les bloquent derrière un petit chalet. La M60 swedish pulse bien dans les branches au dessus de ma tête.

Black me soigne tout en shootant d'une main sur le contournement des Jockers au sud-est. C'est méga chaud pour nous, la transfusion prends une éternité.

Remis sur pieds je reste en place et j'essaye de bloquer leur mouvements pendant que 3 phénix se lancent derrière eux.

Un mec en cuissard fluo se pointe au milieu ou presque. On stoppe l'OP, et on file débrieffer avec les excellents Jokers.

En conclusion :
Un scénard bien foutu, cohérent et intéressant, beaucoup de challenge physique et tactique. Des missions variées. Des adversaires organisés, en place et qui tirent droit.
Un commando Phénix en forme, qui n'a rien lâché pendant 24h.
Bref énorme. Avec l'expérience je trouve qu'on gère de mieux en mieux les difficultés, qu'on s'entre-aide plus, et ça fait monter d'un cran le plaisir que je prends sur l'OP. (CMB)
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1424
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27


Retour vers RETEX

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron