Contrôle du Mazauguistan 09 et 10 avril 2016

Un aperçu de nos opérations

Contrôle du Mazauguistan 09 et 10 avril 2016

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:29

L'association CONTRACTORS83 organise une OP milsim sur ces terres à Mazaugues et vous (votre équipe) y êtes invités.
Nom de l'OP : Contrôle du Mazauguistan
Date de l'événement :
- Début : Samedi 09 avril 2016 au matin ( à partir de 07h30 dépend de la faction ).
- Finex : Dimanche 10 avril 2016 13h00.
Autonomie de rigueur sur la durée de l'événement.
Faction : (afin de conserver une dimension d'immersion maximale merci de contacter par MP le responsable de la faction qui vous intéresse*.)
- Indépendantistes : contactez scanner pour confirmer votre présence dans cette faction. http://www.contractors83.com
- Forces spéciales : contactez Alberto pour confirmer votre présence dans cette faction. http://www.contractors83.com
* Un forum sera mis à votre disposition pour vous organiser avec vos partenaires en toute discrétion.
Dress-code :
- Indépendantistes : moitié camo (haut ou bas) et l'autre moitié (haut ou bas) de couleur uni ou civil.
- Forces spéciales : full camo (haut et bas).
Règles de jeu : Partie adhérant au règles milsim ACP.
Places :
- Nombre de places limitées dans les deux factions. Invités triés sur le volet, uniquement des joueurs milsim.
- OP non payante entre grande personnes, de confiance et de connaissance.
- Prière de donner une réponse avec nombre de participants dans les meilleurs délais.
Plus d'informations sont disponibles en sections sécurisés mais voici d'ores-et-déjà une mise en conditions :
Synopsis :
Asie centrale, province du Mazauguistan. Époque actuelle :
Le Mazauguistan est une région d'Asie sous-développée.
Pourtant, cette province regorge de ressources naturelles très importante, pétrole, gaz, eau, minerais, mais son économie est minée par le crime organisé.
Le président du Mazauguistan a entamé des négociations tacites avec certains pays occidentaux.
Ces négociations sont simple, un droit sur une partie des richesses naturelles contre l’éradication du crime organisé dans le pays.
Les longues négociations allaient aboutir, mais subitement, survint un accident qui conduisit a la mort du président.
La mort suspecte du président de ce pays intervenu il y a deux mois semble avoir bousculé l'équilibre fragile qui maintenait cette nation hors de la guerre civile, les villageois voyant d'un mauvais oeil l'arrivée heureusement stoppée in-extremis des occidentaux, et refusant la domination du crime organisé.
Pendant ces deux mois, les différentes bandes armées du crime organisé se sont unifiées et ont crée un mouvement armé qui se revendique indépendantiste. Dans ce laps de temps, ils ont pris le contrôle du Sud du Mazauguistan.
Les pays occidentaux qui ont vu leurs négociations arrêtées nettes, veulent éradiquer le crime organisé pour avoir une chance de pouvoir à court terme accéder aux richesses autrefois promises.
Mais il leur est impossible d'agir comme ils le souhaitent sous peine de voir la communauté internationale et l'ONU s'interposer.
Décision est donc prise d'envoyer des forces spéciales pour une opération clandestine...
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1543
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: Contrôle du Mazauguistan 09 et 10 avril 2016

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:30

Mon RETEX : J’ai écris un livre…

Je n’ai pas pris de notes donc il se peut qu’il y ait des imprécisions, j’ai notamment pas d’horaires précis.

Départ de Grenoble aux alentours de 21h30 de Grenoble, arrivée sur zone vers 1h.
Il fait froid, on s’équipe, en attendant les orgas, et certains comprennent qu’on va directement camper sur le site de notre FOB. On à beaucoup trop de matos. On est encore pas dans l’OP et les blagues « pipi caca bite » s’enchainent. Les Joker sont garés à coté, c’est l’occasion de les saluer.
1,5km nous séparent de l’objectif. Un véhicule transportera du matos sur une partie du chemin, mon sac est bien lourd et la crève que je traine depuis 3 jours me fait souffrir.
Arrivée sur zone vers 1h45, après 30min de marche. Un tarp DPM et une planche sur 2 tréteaux matérialisent la FOB. On se prends la quiche sur l’installation, combien de tentes ? Doit-on déplacer la FOB le lendemain ?
2h15 on se couche. Il ne fait pas trop froid, et le tapis de feuilles au sol est sec, il ne nous reste pas beaucoup d’heures à dormir, mais ça devrait être confort.
Vers 3h30 Le bruit des goutes frappant mon couvre sac en gore-tex me réveillent. « Meeeerde il pleut bordel ». Benounn est déjà entrain de rassembler le matos sous le tarp, Je saute dans mon fut, Tino nous fait péter une grande tente rapidos. On retourne pioncer après un improbable point topo à 4h du mat sous le tarp de squallou.

6h15 on se lève. 3h de sommeil. Mais bon il parait qu’on est les phénix et que c’est un détail. Le camp est une bonne fourmilière, Tino et Frew font du thé en s’équipant, on rassemble tout les sacs dans la grande tente, le tout en mangeant vite fait.
6h45 on est pas tout à fait prêts, mais notre contact est un peu en retard. Il se pointe à 7h, c’est un mili qui est en poste ici depuis longtemps, son unité à subit des lourdes pertes lors d’embuscades. On part direct sécuriser l’arrivée des renforts, il y à notamment un véhicule à protéger. Sur la route je discute avec le contact, et il me donne des infos sur les zones les plus dangereuses. On met en place une formation en Y. En zone dangereuse on progresse en tiroir par binômes.
Rien d’anormal sur le chemin, qui n’est autre que celui qu’on à fait la veille, on arrive au point de rencontre, ou on récupère 6 ASP et leur pick-up, mais aussi 4 jokers. C’est pas n’importe quoi nos renforts.
Phénix prends la sécu avant du pick-up, et les jokers l’arrière. On remonte sans problème jusqu’à la FOB, les gars s’installent.
Notre état major viens nous briefer, et nous demande de camoufler le camp.
C’est la que Frew et Tino sortent les laplanders, ils ne laisseront aucune chance aux arbustes de la clairière du dessous, ce qui nous permettra de monter des murs de végétation discrets et protecteurs.

Atour de 10h Les ASP prennent le premier tour de garde du camp. On décolle pour un village avec les jokers et leurs 2 M60 en appui 50m derrière notre formation. Il faut encore retourner vers le sud du terrain. On connaît déjà le chemin par cœur, et c’est pas fini… Par contre les phénix sont bien fluides maintenant que la formation est rodée. Arrivé au village, je prends mon groupe et nous partons voir si les habitants sont armés en progressant discrétos en lisère de forêt vers l’ouest du village. Tout à l’air paisible, pas d’armes en vue, j’envoie Benounn et Sima prendre contact. Les villageois semblent effrayés par leurs armes, ils les posent et rentrent dans le village. On reste en contact Radio, et les jokers prennent position à l’Est du village : en cas de pépin on est prêts à crucifier du villageois. Benounn et Sima nous laissent entendre des bouts de conversation en appuyant sur leurs PTT, la discussion à l’air cordiale. Apparemment les mercenaires les oppriment. Ils confirment qu’ils sont au Sud, et nous parlent de bruits dans une grotte. Ils sont très évasifs et ne veulent pas trop qu’on s’occupe de leurs affaires.
Le chef du village nous propose d’échanger de l’eau potable contre notre protection, apparemment une première transaction en vue d’une coopération future. Nous acceptons, on est la pour mettre en place des relation commerciales, mais nous ne l’amenons pas jusqu’au camp.

Les Jokers, toujours carrés et impressionnants de motivation partent direct en reco sur la grotte. Pendant ce temps nous remontons encore et toujours par le GR au camp. On relève les ASP qui partent vers le sud du Village, prendre du renseignement sur la zone hostile.
C’est notre tour au camp, on gamelle et on se repose un peu. On ne sécurise pas des masses.
Les Jokers rentrent, on établis un relais radio à 100m du camp, qui fait aussi un bon poste avancé. Notre état major reviens nous donner une mission : établir un check point sur le pont entre la citerne et le village, passage obligatoire dans la région. Les ASP sont en train d’arriver sur zone, donc je leur refile la mission par radio. La com’ est difficile, mais sans les radio je pense qu’on aurais pas fait le moindre truc pendant cette OP, à pars peut-être se flinguer entre SF.

On se remet en route après cette pause bien appréciée, et un repas déseché « énergie mes couilles » ou autre ration « bouhe fion ».
Et c’est reparti pour 2km de GR… Les ASP contrôlent les civils qui passent sur le pont, et obtiennent beaucoup d’infos, certains civiles sont étonnament bavards... On aurait vu passer 16 mercenaires et leur chef « Red Dingo » reconnaissable à son béret rouge. On à même une photo.
Le village semble attaqué, et nous allons sur place. Tout est calme, l’attaque à eu lieue il y a 1h environs. Ça nous permet de retaper la discute avec les villageois, toujours pas hostiles apparement… Ils nous parlent aussi de « Red Dingo ».

Nouvelle mission : nous devons établir, avec le renfort d’un binôme jokers, « une ligne infranchissable entre la citerne et le pont ». J’ai peut-être mal compris, mais je déploie nos gars en ligne depuis le pont jusqu’à la citerne, sur un bute au dessus du chemin. Et putain ça fait 300m. Pour 10 gars… On voit des Pax hostiles se pointer puis repartir au sud, un peu de partout.
Les ASP partent essayer de neutraliser Red Dingo qui semble se diriger vers la citerne, d’après l’état major. Le binôme joker décalle aussi vers la citerne.
J’essaie d’envoyer mes gars la ou il y a du contact, mais bordel on est pas assez nombreux pour cette zone. Sima Tino Frew et Yukon ont du contact vers le pont, Un tireur embusqué dérouille Frew et Tino, qui couvrent Sima, Yukon lui règle son compte. Il manquait plus que ça, deux gars en moins.
Je passe une heure à courir de la citerne au pont en essayant vaguement d’organiser une défense, mais j’ai horreur de ça, on n’est pas compacts, on est dispersés…
Pendant ce temps Red Dingo arrive, voit le bout d’un SF et se barre comme une grosse merde. Echec de cet objectif… Bordel de bite. « Maintenez le dispositif » dit l’état major.
Les ASP lancent l’évasan pour mes deux décédés, et les Jokers demandent du renfort à la citerne, ils ont l’air en panique. On court sur zone, je transmet à l’évasan « la zone n’est pas sure » et c’est un faible mot, Squall tombe nez à nez avec un hostile et se fait dégommer, Les jokers ont l’air out. On circule sur la crête, Yukon avoine les hostiles, qui ont l’air nombreux en contre-bas, il me dit qu’il faut y aller, mais je ne le sens pas « te met pas en danger ». Les ASP lancent l’assaut depuis l’Ouest, en contre-bas du chemin, ils détruisent le véhicule ennemis, ça y est c’est le moment, il faut attaquer. Bennoun reste en hauteur pour sniper. Les ASP ne rigolent pas et poussent comme des malades en tube avant, en embarquant Yukon qui envoie la sauce a fond. Je progresse sur leur gauche avec Sima. C’est la boucherie des deux coté, mais on fait très mal. La progression stagne un moment, je suis collé dans un buisson, Sima se fait dessouder à ma gauche pas deux pax, que je dérouille. On m’engage maintenant à deux heures au PA, je réplique au PA pour le fun, mais ça ne passe pas les branches, quelques bons coups de M4 viendront finir le mercenaire. Sima me demande mon kill-rag, je lui tends et la un mercenaire me découpe, 2 ou 3 billes dans le flanc. Bennoun fait un carnage au SRS. Ewok et un ASP sont toujours sur pieds. Les mercenaires sont tous raides. « La bagarre ! »

Les 3 survivants prennent des chargeurs sur nos cadavres, et filent expliquer pourquoi on les appelle SF au camp mercenaire. Ils vous raconteront, chapeau les gars, je suis fier de vous.
Pour nous c’est retour au camp en pick-up.
Le commandement débarque vers 19h, et pas le temps de se turluter la nouille, on doit repartir en mission dès que possible. On mange un truc en 10 sec, on graille, et on y retourne.

On doit reconnaître une zone. Pas plus d’infos. Les Jokers sont avec nous, les ASP au camp, en mode evasan. Arrivés sur zone il fait nuit noire, on se répartit autour du point GPS. J’entends une com’ ennemie qui dit « bombe posée », c’est quoi ce bordel.
En binôme avec Ewok, on voit une frontale allumée se rapprocher en vitesse en sautillant, le mec court vers nous : WTF ? On tiens le gars en joue, planqués de chaque cotés du chemin, incrédules. Le mec un peu essoufflé : « ya quelqu’un ?», ça à l’air d’être un civil inoffensif, je réponds oui, et il me dit « Ils vont tout faire péter, ils sont au moins 7 » en me montrant le sud. Le mec se barre.
Je rameute tout le monde et on part voir ce qui se passe au Sud. On arrive à une clairière on l’on distingue une sorte de station de pompage à la lueur des étoiles. Il faut pas chercher, la bombe est la, quelque part, c’est obligé. Je lance nos unités dans la clairière pour sécuriser, et chercher la bombe. Je pars sécuriser l’ouest de la clairière. Je vais me poster quand je vois une petite lumière verte à peine distinguable, dans le buisson devant, à 4 ou 5 mètres. Je me dis de toute façon c’est probablement une luciole, sinon je serais mort. Pendant ce temps Frew commence à chercher la bombe, mais il y a un truc qui me turlupine avec cette lumière, je regarde et hésite à flasher, et la luciole me calle 3 billes : deux dans le paca et 1 dans la jambe. Moi réflexe de merde je dis out en tombant, en toute logique je n’étais que blessé, et j’aurais pu lui rendre la monnaie de sa billes. Mais bon… Ma première erreur a été de me mettre en danger en tant que TL.
Au bout d’un temps Simon et Squall se rendent compte que je ne réponds plus. Ils viennent voir si c’est bien moi qui suis touché, mais sans trop flasher la zone avant. Du coup même punition pour eux, mais un phénix arrange le PAX ennemi à la façon rafale dans l’cul. Squall est mort, Simon est blessé au bras, il balance une belle salve de M60 au sud ou il à vu une flash light, et la c’est star wars, le full auto tracer par une nuit sans lune, c’est énorme. Manque de peau, c’est Tino… Total 2 morts et 2 Blessés, pour un seul tireur embusqué. Mais Ewok nous dégotte la bombe, qu’on extrait et qu’on désamorce. Les ASP nous évacuent en pick-up. Retour au camp.

La fatigue se fait sentir et la faim aussi.
L’état major nous dit de sécuriser le camp. Du coup avec Frew on bouffe dans la pampa devant le camp, sans lumière, le M4 sous le coude. Après mon repas, je ne saurais plus dire l’heure, je retourne vite fait me faire un thé. En revenant à mon poste, je me mange une flash-light dans la gueule et 2 BBs pile dans la plaque avant, je tombe à terre, grogne un peu, et vide un chargeur à l’arrache vers la menace. Frew tire aussi mais à vide. Le froid et les répliques quoi... Speed reload et on balaye la zone à grand coups de surefire, plus personne. J’avoue qu’a ce moment la, le poids du PACA, je l’oublie complètement ! Deuxième fois qu’il me sauve la peau.
23h : On prend un tour de garde avec Ewok jusqu’à 1h. On se pèle le jonc un truc de fou. Vers minuit les Jokers me disent : réveille tes gars, le QG voit 15 hostiles progresser vers notre camp, en thermique depuis un sat. C’est la que tu te sens seul. Tu fais 2 tentes, en disant « alerte, debout les gars, il faut défendre le camp », et personne ne se lève, sauf Tino. 3 phénix sur 8 pour défendre… On chouffe en se relayant jusqu’à 2h et il ne se passe rien. Mais genre rien. Au pieu.
Nuit Froide, et … froide.

7h du mat : je me lève, les Jokers me disent que le QG nous refait le coup des 15 hostiles. Je réveille les gars, et lance un thé rapidos en préparant mon matos.
« Alèèèrte TATATATATATA » Les jokers m’emabarquent, on part en courant devant le camp ou un joker callé derrière le pick-up arrose un pax. Tino Frew et Sima débarquent, les ASP aussi. Il n’y avait en fait qu’un attaquant, un traitre de villageois. Apparemment ils se rebellent et prennent les armes.

On plie le camp pour 9h. Les joker qui sont vers le relais radio voient des mercenaires et les engagent. On se bouge en renfort, et les ASP lancent une progression vers le sud. Les mecs se replient face à la taille de notre bite ou plutôt à l’efficacité de notre progression.
Notre Général nous croise sur le chemin, il vient vérifier que le camp est bien clean. Nous devront l’escorter jusqu’au village, pris par les mercenaires, pour négocier avec leur chef.
On organise un convois et une défense rapprochée aux petits oignons, les ASP repèrent la zone avant nous. Arrivée sur place c’est hyper tendu avec les mercenaires, avec mon petit groupe nous restons juste derrière notre général qui avance devant le village et dépose ses armes, alors que Red Dingo fait de même. On à laissé le Groupe Benounn un peu en retrait à l’Est. Les deux chef sont seuls, à découverts, face à face, leurs guerrier sur les dents de part et d’autre. Et la… Poc ! Une bille vient percer Red Dingo !
Ca arrose dans pout les sens, j’envoie un chargeur aux mercenaires en filant vers le premier couver, le général se couche.
C’est quoi ce délire, ça ne peut pas être nous ! ni les mercenaires ! Enfoirés de fouines de villageois !
On se fait mettre par derrière en même temps, Ewok & Squall tombent, j’avoine le contact arrière et on en s’en fait un. J’appelle Benounn sur le contact arrière, mais au terme d’un duel de deux chargeurs et demi je me fais crucifier par un villageois. Les Phénix restant et les ASP Lancent l’assault sur le village et le nettoient, c’est beau à voir, déplacements percutants fumigène, TP en appui… Au final Il ne restera que quelques SF. Finex.

Pour conclure : Très bonne OP en compagnie des Phénix au Top et de deux teams vraiment énormes : ASP et Jock’air.
Bonne expérience en tant que leader, grâce à un Komando qui commence à être bien rodé, bouge avec fluidité, et fait, je pense, du bon boulot.

Mariufle over.
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1543
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27


Retour vers RETEX

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité