OP Warpej : The convoy 20&21 aout 2016

Un aperçu de nos opérations

OP Warpej : The convoy 20&21 aout 2016

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:46

Opération Warpej.

Voici la première édition de l’OP Warpej.
Une OP qui rassemble des joueurs voulant jouer millsim
attention ce n’est pas une op milsim


Scénario :

Après avoir fait assassiner le président du Pouzistan le General BAKOU a pris le contrôle du sud du pays grâce à sa millice.
L’OTAN a repris le nord du pays, mais le Général CLEAR a pour mission de faire transiter de l'armement par convoi terrestre au sud du pays, pour le débarquement des troupes alliées afin d’affaiblir un peu plus le général BAKOU.
Mais attention le convoi passe très près du QG du général BAKOU, qui est fortement armé et bien implanté dans la région. Le terrain est miné et des IEDs sont en grand nombres.
A ce jour, personne n’a de renseignements sur le nombre de contractor du général BAKOU et leur équipement, mais nous savons qu’ils mènent des raids toujours plus nombreux et qu’ils ont une défense redoutable.
Le général CLEAR arrivera-t-il à accomplir la mission sachant que ses moyens sont limités et que le temps lui est compté.

Le terrain :

20 hectares de champs, forêts et sentiers clôturés.
Règles générales sur le terrain :
Ne pas salir le terrain (des poubelles seront à votre disposition dans chaque camp)
Ne pas sortir du terrain délimité par une clôture
Ne pas consommer d'alcool ni de stupéfiant sous peine d'exclusion
Aucune pyrotechnie n'est autorisée (risque d’incendie)
Les grenades paladin et les grenades à gaz sont autorisées
Fumer est autorisé seulement au QG pour des risques d'incendie

Les camps:

Les groupes OTAN et CONTRACTOR seront composés de 45 joueurs chacun plus les deux généraux.

Dress code :

OTAN :

les différents types de camouflage sont possibles pour le pantalon, le haut et le gilet et un sac au choix

CONTRACTOR :

tenue civile ou treillis et haut uni. Ex : même si vous mettez le haut VERT, le bas TAN et le sac OD c’est bon mais aucun camouflage (pas de vêtements avec des taches) pour les sacs et gilets privilégier les couleurs unie.

Pour chacun des deux camps, il ne sera pas tolérer d’associer un bas camo et un haut uni ou inversement.

Planning :

Arrivée possible le vendredi soir

Samedi :

Réception des joueurs entre 7h30 et 9h30
9h à 10h passage chrony de toutes les répliques
10h30 briefing
11h début de l’OP
19h30 – 20h rassemblement des équipes
20h tirage au sort des 3 gagnants avec remise des cadeaux.
20h-21h repas
21h-21h30 reprise de l’OP
1h couvre-feu jusqu’à 8h30

Dimanche :

7h30 – 8h30 réveil des participants
Reprise de l’OP à 9h
Fin de l’OP entre 14h et 16h suivant la motivation de chacun
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1423
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP Warpej : The convoy 20&21 aout 2016

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 16:53

Un petit retex quand même :

Je vous fait pas le voyage, comme d'hab tout était avec nous, même carrefours St Egrève avait décidé de mettre toutes leurs pompes en carafe, juste histoire qu'on puisse pas prendre d'essence.
Sachant comme Ewok conduit nerveux on s'est direct dit qu'on arriverait pas au bout : heureusement qu'il ne pleut pas !

0900 La pluie donc... Elle n'as pas tardé à bien respecter la météo cette connasse. Elle nous est tombée sur la gueule alors qu'on avait pas encore tendu le moindre tarp.
Arrivé au campement US, on se rends compte que c'est un peu palavas les flots, les gars ont des tentes 1000 places, avec deux groupes électrogènes chacuns, tables chaises et tout le bordel. Nous on à 3 tarp, et une demi bâche.
En fait le campement n'est pas du tout une zone de jeux.

Fini de monter le camp on est à peu près trempé, et on file passer au chrony, récupérer une ration, et on enchaine sur le breefing. Ce qui signifie grosso merdo 1h sous la pluie. Mon caleçon n'est plus sec. Ma batteuse refuse de jouer dans ces conditions...

1030 Pas grave à la guerre comme à la guerre, on part en mission, ravis de pouvoir bouger un peu. Au début il s'agit surtout de constater la situation sur place, et de protéger nos position. Les "rules of engagement" de l'OTAN ne mettent pas à l'aise : identifier les contacts, ne pas engager sans l'accord du QG.
On relève une équipe qui défends un dépot de carburant et un chemin, ils nous disent s'être fait engager par le nord. Pendant un temps rien ne se passe, puis Blacky et Gowa postés en avant nous annoncent un contact armé. Heureusement pour nos petits culs, ils ne sont pas reprérés et on à le temps de demander une autorisation de shooter "si ça devient hostile". Un pax avance sur Blacky, le voit et commence à lever sa réplique, plus le choix : la RPK crache les billes et touche. Le reste des deux teams entre vite en action et échange des tirs. La team d'en face se replie rapidement, il s'avère que ce sont les Jokers !

1300 On bougera plusieurs fois de zones toujours pour défendre des points stratégiques, on en profite pour manger tout en chouffant.
Il s'agira ensuite d'aller défendre un putain de chemin, sur lequel une team de chez nous à de gros ennuis. A peine arrivés sur place, l'autre team se barre et on se retrouve entre un sniper, un buisson qui tire, et une ligne de contractors bien véners... On en sort quelques uns, mais notre position est merdique et les gars sont nombreux et efficaces. Ils nous débordent et nous nettoient. Retour QG la queue entre les jambes. On recharge et on repart.

On tombe très tôt sur un équipe ennemie. ils sont déja plus ou moins en contact et nous offrent donc leurs boules. On les clear assez efficacement, ça fait du bien. On va sécuriser la zone, et s'assurer qu'ils ne se soignent pas.
On se fait engager par un bosquet sur la gauche. C'est chaud, on voit un casque tan et un gilet noir. On réplique, on se retrouve derrière une sorte de remorque avec Blacky et on les avoine. Frew me soigne, le photographe kiffe : Blacky sous la remorque qui couvre, et frew allongé qui enroule le bandage.
Des phénix les débordent sur la droite et on tiens bon, les buissons mangent de la bille et on sort cette team.

Ils se lèvent et ce sont des OTAN. Bordel !

1600 Si je me souvient bien on est ensuite envoyés sur une autre zone, au niveau d'un champ en L. On peut maintenant engager les hostiles sans se poser de questions.
On se planque un moment à cause d'un drone qui nous survole. On entends tout un groupe de contractors, qui progresse la fleur au fusil et passe en dessous de nous. On lance l’assaut pour les prendre à revers. Comme à notre habitude on à un poil trop attendu et les mecs ont passé un angle ce qui permettra à tout le début de leur colonne de se mettre à couvert. Notre spécialité : quelques secondes d'hésitation nous ont fait perdre l'avantage. De lourdes pertes des deux cotés, mais ils réussiront à se soigner plus vite que nous et nous sommes éliminés. Je regrette quand même le petit manque de chance lorsque j'ai avoiné un de leurs 3 survivants quasi à découvert et que mes 30 billes l'ont encadrées à priori sans le toucher. Retour QG.

1730 On passera ensuite un long moment à déminer un chemin avec l'appui d'une autre team, et on éliminera quelques tireurs embusqués. Le détecteur de métaux est capricieux, probablement à cause de la douche qu'il s'est mangé. En parlant de ça on est tous entre le mouillé et le trempé, et on se dit que ça va être chaud dès qu'on va s’arrêter. On déterre 3 IED, mais il semblerait qu'une soit toujours planquée.
Sur le chemin du retour on tombe sur une team de mercenaires déjà au combat, cette fois ci on prends un meilleur angle (sorte d'éventail) et on va vite. La méthode agressive paye, surtout que les gars sont déjà engagés et que la team Devgru arrive en renfort de l'autre coté. Un vrai gang bang :mrgreen:

A ce stade, déjà une bonne partie des ricains pétés de matos ont arrêté de jouer.

1830 Nous on est pas la pour enfiler des perles, alors on repart avec les 3 marines restants pour détruire un pylône au C4. Arrivés sur place on y va en ligne et agressifs, mais les gars sont déjà en position dans les buissons alentours comme de bonnes fouines. Ça sera d'ailleurs l'histoire de beaucoup de nos contacts sur cette OP. Du coup on subit vite des pertes, mais ils ne nous voient pas poser le C4. 45000 renforts contractors arrivent et découpent nos survivants. BOOM Explosion. Mission suicide mais mission réussie. (En théorie il auraient perdu une belle petite escouade dans l'explosion.)

Trêve de 2h pour bouffer, c'est la qu'on quitte un peu le milsim, mais on est pas fâchés de pas avoir de tours de garde et de pouvoir enfin mettre un T-shirt sec. Bon pour les couilles il leur reste encore 5h à mariner.
Les rations c'est bon pour le moral. C'est tellement dégueu qu'on s'est fait des barres de rire géantes. Spéciale dédicace de ouf au "fromage fondu" du menu d'Ewok. Tiens je vais vomir un petit coup sur mon clavier pour le souvenir.
Le ton de la conversation est poli, fin, et empli de ce charme élégant que l'on prête au damoiseaux Français par delà le monde.

2215 Départ pour une mission de nuit : Récupérer un obu expérimental, qui s'est planté dans le sol au milieu d'un champ et n'as pas explosé.

Arrivée sur place, on trouve des contractors dans le champ. Ayant repéré le secteur de jour, Seb et Blacky nous font contourner le champ. L'autre team qui est avec nous les occupe de face.
On débarque donc dans leur dos et on traverse tout le champ à découvert juste 30m derrière 3 pax : bonne petite montée d'adrénaline. L'un des gars traverse le champ en nous tournant le dos, Blacky lui cours dessus comme un bourrin : l'action de l'OP ce vocal ! Le mec demande que Blacky tire à coté, alors que sont pote arrive pour voir ce qu'il se passe. Blacky tire un coup, puis flashe le deuxième, qui se prends instantanément nos 7 lampes en plein poire et les 180 billes qui vont avec. Épique !
C'est parti : on investit le champ à la bourrin en flashant dans tout les sens et en restant mobiles, comme à l’entrainement. Et les quelques opposants restants détallent.

Comme prévu on sécurise, et l'autre team cherche l'obus. Au bout d'un quart d'heure je me rends compte qu'il cherchent un peu au pif. Je vais les voir :
-"les gars vous avez pas le détecteur de métaux ?"
-"non ya pas besoin pour cette mission..."
(Intérieurement : bordel mais les gars il y a 100 putain de m² de putain de champ et c'est la nuit de pute de bordel de ... Quelle sorte de shit de drogue de pute y avait-il dans vos rations...)
-"Je vais quand même checker avec le QG hein..."

Je te raconte pas comment t'as l'air con quand tu annonce à ton commandement que les gars cherchent au pif. Du coup c'est le chef lui même qui me ramène le bouzin au bout du champ.
0000 On à toujours rien. Le détecteur bip dans tous les sens pour que dalle. On entends toujours les ennemis qui crapahutent aux alentours. On se fait un petit accrochage sans conséquences, et au final le QG nous dit de rentrer.

Trêve pour le reste de la nuit.
Matin, ration, finesse, volupté, treillis mouillé et chaussettes au fromage moisi, bref : la CASTAGNE ! (ferm' ta gueul').

Sur les deux premières missions on échouera lamentablement, dans des positions de merde face à des gars postés dans des buissons de l'espace. Merci le commandement de nous avoir fait poireauter le temps que les gars d'en face finissent leur café et viennent se mettre en position d'embuscade de pute, le cannon directement pointé vers nos petit cul de chair à canon :D

On finira quand même par récupérer notre objectif (une putain de mallette) en coopérant avec la même team que lors de la mission de nuit. Une fois de plus nos alliés les prennent par devant et nous par derrière. Ce coup-ci on s'en sortira pas mal.

Entre temps on à aussi sécurisé l'obus de la veille.

Vient enfin le fameux convoi. On doit faire le tour du putain de terrain avec un camion tout gyrophares allumés. L'orga nous fait clairement comprendre que chez nous la moitié de l'effectif s'est barré et pas en face. Donc vu que comme ça c'est pas marrant, on va demander à Seb et Frew de déminer devant le camion.
On va dire que les deux premiers micro contacts se passent pas trop mal.
On arrive ensuite dans un champ en descente bordé de buissons de buis. Oui oui c'est ce qu'on appelle un coupe gorge, un traquenard, le spot en or massif pour un embuscade. Au début tout va bien. Bah oui il faudrait pas qu'on puisse reculer non plus.
Fumigènes au milieu et accrochage depuis 4 - directions simultanément.
On vendra chèrement notre peau, mais ces putains de buissons sont vraiment trop de bonnes planques, Frew me soigne comme il peu mais prendra une vielle bile en fin de course. Les chargeurs partent trop vite. Je découpe 2 ou 3 bourrins qui sortent pour nous avancer dessus avec mes 2 derniers mags, puis finirais au PA planqué dans un recoin buissonneux à mon tour, accompagné d'un TE et d'un US à la réplique en rade. Tout les autres OTAN sont down. Un dernier kill au PA et les gars nous rushent, j'en plombe un dernier et game-over. Finex.


Franchement une bonne OP : même si le fait d'être trempé dès le début ça brise le moral : le fait de ne pas avoir de tours de gardes interminables etc. nous à permis de passer un bon moment malgré la météo.
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1423
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27


Retour vers RETEX

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité