OP WOLF STONE, Role Play Raid Commando

Un aperçu de nos opérations

OP WOLF STONE, Role Play Raid Commando

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 17:09

Image

Décembre 2012
L'homme d'affaires serbe Miroslav Mišković est arrêté après une vaste opération anti-corruption menée par le président du Gouvernement Serbe Aleksandar Vučić. Mišković a fait sa fortune alors qu'il était un proche allié du régime de Slobodan Milosevic, alors homme fort de la Serbie, pendant la période de sanctions internationales imposées à Belgrade pour son rôle dans les guerres en Croatie, en Bosnie et au Kosovo qui ont marqué le démantèlement de la Yougoslavie dans les années 1990.

Juillet 2013
Relâché sous caution après 6 mois de prison préventive, Mišković est toujours sous la menace d'un jugement défavorable.

Juin 2016
Après un procès fleuve de 3 ans, l'oligarque est finalement condamné à 5 ans de prison. Sa société, Delta Holding dénonce un procès devenu le symbole d'une justice politisée. Selon ses représentants, M. Mišković s'est vu refuser le droit à un procès équitable. Il est toutefois laissé en liberté en l'attente du procès en appel. Le tribunal ayant refusé d'entendre les témoins de la défense, et aucune preuve et aucun témoin n'ayant confirmé les accusations qui pèsent sur Mišković, de nombreux observateurs dénoncent à leur tour l'ingérence du gouvernement serbe dans ce procès à haut risque.

Septembre 2016
Miroslav Mišković contacte les services secrets russes afin de reprendre la main sur cette situation, devenue un sérieux obstacle à ses affaires. De leur côté, les russes y voient l'opportunité de briser une fois pour toute l'influence de l'UE en Serbie. Ils lui suggèrent de commettre un attentat en false flag en territoire bosniaque, et d'en faire porter la responsabilité à l'Etat Islamique. Ceci permettrait de discréditer à la fois Vučić et l'Union Européenne. Le président de la république des Serbes de Bosnie Dodik, favorable à cette action, offre son soutien à Mišković en lui fournissant les hommes nécessaires à cette entreprise.

L'opération WOLF STONE a commencé.

Début d'OP : samedi 3 DÉCEMBRE 2016 - 12h
Fin : dimanche 4 DÉCEMBRE 2016 - 12h


La PAF est fixée à 15 euros par joueur.

Plus d'infos :
https://www.bsogames.com/index.php?%2Ft ... F%3Fp=2660

C'est loin, mais ça va surement être très bien (Orga BSOG = orga de la plume blanche).
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1543
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP WOLF STONE, Role Play Raid Commando

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 17:10

0430 : Beeeep beeep beeep ! C’est beaucoup trop tôt. Mais se lever pour partir représenter le groupe phénix c’est pas pareil !

0450 : Je file prendre ma caisse avec des sacs beaucoup trop lourds.

0518 : Choppage de Squall à Voiron, go Valence.

0630 : Arrivée chez Binoun (à prononcer avec l’accent pied noir). La voiture est chargée « ras la gueule » , mais on rentre à 4 dans une caisse avec le matos !

1110 : Après avoir fais un bon bout de route / piste pleine de trous on arrive au RDV des forces Russes, et on rencontre notre commandement, dont le nom de code sera « Blackjack ». Petit breefing avec une partie de nos troupes.

S’en suivra une peu d'attente, pour une fois on est pas speed pour s’équiper et bouffer. Il faut tout simplement que la team qui gère le bunker arrive. On fait un petit tour extérieur du block de l’entrée et du block B juste à coté. Cette bête de béton et d’acier ne représente qu’une petite partie du bordel qui s’étend sous la montagne, et ressort par endroits. On découvrira plus tard les 8 blocks + l’entrée, des centaines de mètres de galeries et d’escaliers, 12 étages…

1400 environs : les Serbes de la logistique baissent le pont levis massif en acier. On essaye d'être réactifs : direct en garde à l’entrée, car une équipe de maintenance en blouse blanche et masques veut rentrer au plus vite.
On attends bien une maintenance, mais on se méfie, et on a un protocole à respecter : vérification et relevé des ID, badges + lumières clignotantes, fouille.

Et c’est la que les ouvriers commencent à râler. Ils ont de grosses mallettes d’outillage, qu’ils ne veulent pas ouvrir. On leur dit que c’est pas négociable, ils nous parlent d’amiante, mais c'est louche... Grand moment de RP.
Ils repartent vers leurs bagnoles en gueulant. Ils discutent dans leur coin. Ça pue un peu la merde cette histoire...

On part chercher un détecteur de métaux au check-point installé en dessous sur la piste par Alpha, histoire de bien fouiller les manards beaucoup trop louches. Alpha a carrément mis un pick-up en travers de la route, la classe.

Squall part prêter main forte à une équipe de reco, qui pose des mines à des endroits stratégiques, et met en place un tireur embusqué.

1500 environs : l’équipe de maintenance accepte d’ouvrir leurs boites à outils, et rentre dans l’installation. Ils se baladent en racontant de la merde et essaient clairement d’échapper à la surveillance de Wasabi et son binôme. Ils sortiront même par une des rares issues : le block 4. Il semblent bien la pour repérer des issues.

1615 : On décolle poser une antenne de com : un truc de 12m de long à monter et installer au point culminant du relief. On retrouve Squall sur place, les 2 mecs de la reco sécurisent, pendant qu’on galère à installer l’antenne. On la met dans un bassin en béton histoire qu’elle soit bien galère à atteindre.

Le truc oscille dans tout les sens pendant qu’on tend les ficelles, mais on s’en sort. Sauf qu’on à pas branché les câble qui va presque au sommet… Zoooooob ! Apres une petite manip de plus elle est en place et branchée.

Retour QG, formation en Y. C’est bien raide, on est chargés mais il fait encore jour, donc pas de souci même si ça tire dans les genoux.

1715 environs : il faut récupérer le TE, Phénix décolle.

La nuit tombe en route. Bonne galère pour retrouver l’endroit, on crapahute sur des toits de bunker, dans des ronces et de la caillasse, mais on finit par retrouver le gars. On lui tournait autour depuis un moment, mais il ne savait pas si nous étions alliés.

On rentre. De nuit la progression devient difficile, voir carrément tendue dans les descentes bien raides. Je me boite ma race deux ou trois fois.

1900 environs on est au QG, pas beaucoup de gardes. La faim se fait sentir et beaucoup gamellent à donf sur une grande table, le tout sous des néons alimentés par un groupe, qui fait un bordel de folie. Genre on entendrais pas un pélo à 10m.
On donne notre point de vue au commandant en second (en charge à ce moment), il est bien d’accord. On se poste en sécu, et Benounn repère que le poste de commandement est très bien pour sécuriser l’entrée : vue sur la piste d’accès et sur l’entrée, possibilité de monter sur le toit et de sortir par derrière pour retourner vers le bunker.
Les « meurtrières » et les tourelles sont des bons spots aussi, mais on à moins d’angles de tir et on ne peut pas facilement circuler.


2000 ou pars la : En patrouille, avec Seb, on repère des phares sur la piste qui monte au Bunker, ils sont sur le flanc de montagne en face. Ça laisse 10 – 15 min à Blackjack pour préparer la sécurité, il va d'ailleurs bien mobiliser nos russes.

On laisse passer sans se faire repérer, et on leur (en)file le train. On veut être sur qu’ils ne débarquent pas des fouines en route. Ce sont des serbes, environ une dizaine. Ils ne sont pas hostiles, mais foutent un peu le bordel, avec un accent slave prononcé, et un goût pour l’indiscipline. Certains sont très drôles et foutent un peu le bordel, sans pour autant être agressifs : « moi pisser ou j’veux » restera un bon moment de l’OP.
Notre défense est mobilisée, et à l'entrée du bunker, les gars respectent bien le protocole de sécu : fouille vérification des papiers etc. Par contre les véhicules tous garés devant l’entrée, offrent du couvert aux Serbes qui se baladent, ce qui nous rend un peu parano.

Il s’agit du capitaine Miscovimescouillesick je sais plus son nom, et de son escorte. Il vient signer des accords. Le convoi repart sans encombres, mais nos gars sont grave parano, malgré le fait qu’ils soient à priori nos alliés.

2115 : Phénix prends une pause, on à tous mal au dos avec nos gros BA + casques, debout depuis des heures. On se pète le bide et on discute avec les autres qui se reposent.

2230 très approximativement : Un groupe part vérifier l’antenne, on reprend un tour de garde, après avoir mis des couches chaudes. Il meule sa maman. Non seulement il fait froids, mais il y à un petit vent de pute, qui te givre la nouille instantanément.
On est pas mal équipés, du coup on souffre mais ça passe.

Un deuxième convoi serbe arrive beaucoup plus tard pour récupérer un bidon d’explosifs. Entre temps on à mis un place un véhicule barrage, et on gère un peu mieux les serbes et leurs véhicules.
Vérification IDs mais on les connaît maintenant. On les surveille toujours beaucoup, mais aussi les environs. Certains de leur personnels enfilent une combinaison + masque à gaz, gants etc. pour s’occuper du bidon d’explosif. Les 4x4 repartent doucement.

On apprendra plus tard qu’ils se sont fait attaquer.
Une partie des serbes demande notre protection et on les accueille.


2345 ou pars la : Blackjack à fait condamner toutes les autre issues du bunker sauf la principale. On se bouge pour aller vérifier que l’entrée du block 4 est bien toujour fermée. PA ou réplique CQB, et nous voila partis en exploration dans les galeries, nous sommes vite au niveau inférieur et on se lance dans les escaliers.

Je pense qu’on met 15 min à monter tellement il y à d’étages… J’ai les jambes qui tirent, mais ça réchauffe ! On visite les étages à la lampe, dans une ambiance très chelou : des vielles machines, des lits superposés rouillé dans des baraquements exigus à l’allure de prison, une chambre frigorifique, des chiottes, des pièces dont l’utilité nous échappe, tout est en béton ou en acier. On trouve aussi des ossements et des animaux « momifiés »… Ils sont probablement restés piégés à l’intérieur et sont morts de soif… Glauque.
Arrivés au niveau supérieur, on trouve des mortiers qui ne font pas rire, et la fameuse issue. Elle bien fermée, grâce au système d’origine : une sorte de demi porte en acier hyper épaisse avec des gonds de malade, le tout fermé par un système de bourrin. On est au sommet de la montagne. Squall et Seb partent vérifier l’antenne, ça serait con de pas le faire, en étant au sommet de cette foutue montagne. Pour ne prendre aucun risque, Ben et moi restons dans le block pour refermer derrière eux.

RAS au niveau de l’antenne. (En fait peut être que si mais on à pas capté.)

0100 ou un truc du genre : on redescend et on fait un petit rapport au QG. Nos gars voient parfois des lumières au sommet du block 3 juste à gauche de l’entrée. On y file donc.
On regarde par les postes de tirs, la tourelle… Rien. Si j'ai bien compris nos gars fument surement des grrroooos pétards pleins de drogue, parce qu’aucune opposition n’est passée par la ^^

0300 : On patrouille devant le block. On repère de très loin une attaque sur deux véhicules. Ca flashe et ça gueule sur le versant d’en face. C’est dingue comme ce genre d’action peut-être repérée de loin la nuit.

En tout cas il y a bien des hostiles dans le coin parce qu’on à vu personne pour le moment. « C’est ou la bagarre » dirait Ewok.

Les serbes se barrent sauf leur chef. Ils partent récupérer leurs véhicule, on ne les voit pas passer par la piste, ça rends parano le chef, mais ils sont juste partis par la cambrousse.

0330 : Petite pause. 70% facile de nos gars sont congelés sur des chaises dans le blockhaus. Certains comme Péjo ne lâchent rien et gardent en permanence l’entrée.
30min de sommeil pour certains, une pâte d’amende et un pet foireux pour les autres, et on repart.



0415 : Tour de garde, chtit coup de chartreuse derrière la cravate. Et squat du poste de commandement.
Véhicules annoncés. Surement le convoi serbe qui revient chercher de l’explo.

Des serbes arrivent, mais pas le véhicule de Strike qui est le seul qui transporte les barils. Il doit venir un peu plus tard, on ne sait pas trop pourquoi. Une partie des serbes est déjà OUT.

Il fait 2°.

Le véhicule de Strike arrive, au moins 20 min après. On est toujours dans le poste de garde avec Benounn et Squall. Seb va voir Strike pour lui demander pourquoi il est méga en retard.
Une pluie de bille part du toit du bunker, tout les gars qui étaient devant les véhicules, c'est-à-dire surtout des serbes et 2 – 3 gars à nous, se font découper avant d’avoir compris. « Contaaact »
Seb court nous rejoindre mais en prends une bonne rafale. Il est au sol.
Gros coup d’adrénaline.

Flash de partout.

On est pas mal placés, mais isolés en 1ère ligne.

Ben arrose la piste derrière le 4x4 de Strike et touche à plusieurs reprises. « Seb t’es blessé ? On peut venir te chercher ? »

Seb reste à terre, mais gémit et dit c’est chaud, il n’as pas l’air de pouvoir trop ramper jusqu'à nous. Il nous dit « derrière le 4x4 ». On allume effectivement un mec derrière le 4x4, Benoun est touché à la main, je le soigne et Squall couvre.

Sur la piste ça lance patate, ça grenade pour avancer et venir soigner leurs gars, mais on est à l’abris, j’arrose comme un sale à la fenêtre, pour couper leur progression, je tombe 3 chargeurs en quelques secondes.


De l’autre coté je flashe les toits pour essayer de localiser l’opposition. Je ne vois rien. Pejo allume le toit juste au dessus de moi.

Benoun continue à envoyer la sauce, mais il prends dans la poire et tombe.
Squall prend sa place et empêche la progression par la piste.

Blackjack me dit de revenir au bunker, mais c’est chaud et on a pas pu extraire Seb qui agonise…

Je me retourne et chouffe la piste. Poc poc 2 BBs dans la plaque arrère. Je tombe un moment.

On échange des tirs avec un pax dont juste la Tête dépasse derrière un véhicule. Je pense qu’on l’a sorti, mais Squall est touché à la main. Je soigne.

L’intensité du combat baisse un peu mais ce n’est pas fini. J’en prends une dans la cuisse… Squall me fait un bandage. On est bien dans la merde, mais on pense avoir fait mal.

Une grenade tombe pas très loin, et foire lamentablement, alors qu’on recule bien amochés vers le fond du poste. Je communique avec Péjo dans le bunker pour voir si on peut dégager par la, mais il y a toujours des gars sur les toits. J’en prends une de nulle part main gauche.
Squall avoine un gars devant l’entrée de notre bâtiment, pendant ce temps.
De mon coté je me glisse vers l’escalier qui monte sur le toit, glock dans la main droite, pas le temps de soigner. Je vois une silhouette sur le toit à 5-6m plop plop, le gars tombe.

BAOUM : un Gros pétard éclate entre moi et Squall. FINEX pour nous.

Pour finir les gars ne rentreront pas dans le bunker, mais ils n’étaient pas plus nombreux que nous, donc je pense que c’était impossible, sans avoir une ruse qui ait fonctionné histoire d’avoir une deuxième équipe qui rentre par une autre entrée. Ils ont fait un très bel assaut.
Les russes étaient bien sympa, et ont bien résisté au froid.
Merci à Shiherlis qui a su organiser notre défense en restant à l'écoute de ses gars.
Le terrain est énorme, le Bunker incroyable.
Le scénard était top, un grand merci à Strike. L’engagement de la fin était assez fou.

Merci à tous et à bientôt j'espère
Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1543
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27

Re: OP WOLF STONE, Role Play Raid Commando

Message par mariufle » 22 Décembre 2016, 17:11

Avatar de l’utilisateur
mariufle
 
Message(s) : 1543
Inscription : 06 Avril 2014, 15:27


Retour vers RETEX

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité