[RETEX] - Opération MONTE GROSSO

Un aperçu de nos opérations

[RETEX] - Opération MONTE GROSSO

Message par Yukon » 13 Juin 2018, 09:53

Vous trouverez ici les Retex des effectifs engagés lors de l'OP Monte Grosso. Ce sujet public nous permettra de garder une trace de vos récits et de vos impressions...
Tout ce qui est bon dans la vie mérite qu'on en abuse. La modération, c'est pour les lâches...
Avatar de l’utilisateur
Yukon
 
Message(s) : 1041
Inscription : 12 Juin 2014, 09:46

Re: [RETEX] - Opération MONTE GROSSO

Message par djiti » 15 Juin 2018, 12:27

quand vous voulez je resigne !!!! j'ai déjà plus mal au pied

:mrgreen:

voici quelques photos https://drive.google.com/drive/folders/ ... sp=sharing
Avatar de l’utilisateur
djiti
 
Message(s) : 44
Inscription : 24 Mai 2014, 18:08
Localisation : valence

Re: [RETEX] - Opération MONTE GROSSO

Message par benounn » 16 Juin 2018, 17:41

Bonjour à tous,

Une petite semaine après l'opération Monte Grosso, le calme est revenu sur la zone. Les combattants éprouvés par de durs combats commencent tout juste à prendre conscience des enjeux de la mission qui leur a été confiée...


Pour mettre au clair tout ça, je vous livre un résumé des actions de jeu de chaque équipe. Pour les détails, vous verrez directement avec les intéressés!
Note : je n'étais pas partout, donc il est possible qu'il y ait des erreurs n'hésitez pas à me le faire savoir!

Vendredi 08-06-2018, les effectifs russes et Otan prennent position aux abords de l'ouvrage. La zone n'est pas safe et les ordres sont formels, chacun est confiné sur sa zone de couchage, aucune patrouille n'est autorisée. Les combattants viennent de loin, et personne n'a envie de pousser des reconnaissances incertaines dans cet environnement hostile.

Quelques jours plus tôt, du matériel chimique a été saisi, et un gradé de l'armée tchèque connu pour ses positions extrémiste a été repéré aux abords de la ville de Sospel. Afin de mieux comprendre la situation, un groupe de reconnaissance de l'Otan a été dépêché sur place. Dans le plus grand secret, le général Beniev Legreska a réuni autour d'un quartier général avancé un contingent assez nombreux de militaires tchèques facilement corruptibles. Le général Beniev Legreska, en étroite collaboration avec une faction révolutionnaire russe souhaite réaliser des essais grandeur nature d'un nouvelle formule bactériologique destinée à être utilisée sur des théâtres d'opération stratégiques.

Objectif principal russe : Réaliser en secret des essais grandeur nature de tir d'arme bactériologique (mortier). Evacuer la zone sans laisser de preuves.
Objectif principal Tchèque : Assister les forces russes dans leurs actions, assurer la logistique de la préparation des armes bactériologiques

Objectif principal Otan : Comprendre quelle est l'activité de la faction russe, éliminer le général Legreska, empêcher la réalisation de la mission russe, rapporter des preuves.


Image
Quartier général tchèque
Image
Convoi tchèque



PHASE 1

Samedi matin 0730 FOB OTAN
Briefing général par un espion infiltré sur le territoire depuis quelques jours. Le groupe POM est envoyé en reconnaissance sur le bloc 4 pour vérifier la présence d'un éventuel accès. La présence sur place de patrouilles russes les empechera de revenir avec des photos précises. Ils sont envoyés ensuite sur une zone où des civils ont l'habitude de se rendre. Objectif récupérer des informations auprès de la population locale.
Le groupe Jok'air est envoyé sur l'arrière de l'ouvrage (blocs 5,6,7 et 8) ils doivent identifier les éventuels accès, récupérer les positions GPS pour de futurs assauts et récupérer tout renseignement disponibles. A partir de 11h00, ils tenteront de voler des explosifs au sous-sol du quartier général tchèque. Malgré une bonne préparation et un encerclement du bâtiment, les défenseurs tchèques aidés par une patrouille russe sur place auront raison de leur assaut. L'équipe POM après leur mission interviendra pour une ultime tentative de vol d'explosif et réussiront à subtiliser le précieux (mais lourd) C4. Pendant ce temps, en civil et munis de papier d'identité ukrainien, le G109 se rend au contact des russes. Ils seront fouillés et interrogés plusieurs fois mais leur couverture leur permettra d'échapper à l'arrestation. Ils récupéreront de précieuses informations sur les forces en présence. Une fois cette première action effectuée, ils récupèreront leurs armes et leurs uniformes pour trouver un passage vers le bloc N°3.

Dans le même temps, à 0800 Le général Legreska accompagné de son aide de camp accueille les forces russes à Monte Grosso. Après un rapide point sur la situation stratégique et les objectifs de la faction russe. Alors que le briefing est en cours, 3 civils apparaissent sur la route (G109) ils sont désarmés et en règle de leurs papiers, ils pourront donc circuler librement. Les russes sont envoyés dans un premier temps à l'entrée de l'ouvrage de Monte Grosso. Ils sont pris à partie par un groupe de civils armés qu'ils traitent assez rapidement. Le général et son aide de camp les rejoints alors en convoi. Certains civils n'étaient pas armés, ils seront libérés, les autres sont morts au combat. Le général ordonne alors l'évacuation des cadavres.
Un panneau "risque bactériologique" est placé devant la porte du Bunker. Les tchèques font alors intervenir un ingénieur chimiste pour vérifier l'absence de polution. Par chance une seule zone est contaminée. Le reste du bunker est safe.
Les tchèques installent alors une infirmerie qui permettra aux russes de se soigner. De plus afin de communiquer à l'intérieur du fort, une ligne téléphonique est installée entre le bloc 4 (entrée secondaire du bunker) et l'entrée.
La zone est clear, la défense de la zone doit être organisée et les russes commencent les différentes patrouilles qui empêcheront peut être l'otan (non encore identifié) de se renseigner sur les activités russes.

Pendant ce temps, la rencontre avec les villageois par le groupe POM tourne au drame. Les villageois livrent quelques informations mais rapidement la situation s'échauffent. Une arme est sortie, les POM ne prennent pas de risque et abattent les malheureux civils. Tels des vautours, ils récupéreront au passage sur les cadavres quelques précieux billets qui pourront les aider dans leur mission.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image



PHASE 2

Une fois leur position établie, les russes vont recevoir du matériel par des convois véhiculés organisés par l'armée tchèque. Le général donne une enveloppe de billets à un officier russe afin qu'il gère les transactions. Un deuxième groupe russe prend position au niveau du point stratégique "Relai Téléphonique RT01" et y met en place un checkpoint (Chaine en travers de la route, panneau stop, controle d'identité) Le premier convoi arrive sans encombre et le matériel est livré.
Dans le même temps, l'Otan qui a récupéré quelques heures plus tôt des explosifs va tenter de détruire les deux points stratégiques situés en contre bas du bunker (dont celui où se trouve le check-point). Cet assaut perturbe énormément le convoi et de nombreux renforts russes et tchèques seront obligés d'être envoyés afin de régler la situation. Les tchèques paieront un lourd tribu au combat et les prix commencent à monter lors de la deuxième livraison. Si l'argent vient à manquer lors du troisième convoi, les russes pourraient être forcés à récupérer le matériel par la force. Les combats continuent aux alentours des points stratégiques et le commandant tchèque hésite à faire venir le 3ème convoi. Devant l'insistance de son général, le 3ème convoi se met en route. Il sera anéanti par les forces de l'Otan qui auront tout loisir de photographier le chargement. Heureusement pour les russes, ils n'ont pas touché au matériel, et ce dernier sera récupéré.
Les trois livraisons ont eu lieu au prix de lourdes pertes. L'otan commence à comprendre de quoi il retourne et avec les infos dont ils disposent ils mettent au point un plan audacieux pour éliminer le général.
Au cours de l'après-midi, les forces tchèques ont installés dans les profondeurs de l'ouvrage un laboratoire permettant la préparation des charges bactériologiques. Lui est aussi est relié par téléphone au poste de garde occupé par le général. C'est de là qu'il donnera les instructions de tir.

Image
Image
Image
Image
Image
Image


PHASE 3

Les 2 ingénieurs chimistes tchèques forment les russes au protocole de fabrication des obus. Le processus est assez complexe, 3 réactifs composent l'explosif et permettent de régler la distance de tir de l'obus de mortier. La charge bactériologique est composée de 2 produits nécessitant de porter une tenue de protection chimique intégrale. Le premier est un liquide le deuxième une poudre très réactive. Enfin un dernier produit vient compléter la formule. L'obus est alors conditionné en sac étanche avant le tir effectué à l'extérieur du bunker.

Alors que la nuit commence à tomber les premiers tirs retentissent dans la vallée de Monte Grosso.

Les civils présents aux alentours prennent peur et viennent demander protection aux forces russes. Visiblement plusieurs civils ont été touchés et la population est très très remontée. La situation est tendue à l'entrée du Bunker, les russes ne savent pas comment contenir les paroles désespérées du chef du village. Hésitant entre pitié et méfiance les russes maintiennent un dispositif de sécurité. Soudain, une arme sort, des coups de feu retentissent, le chef du village s'effondre...
Devant la situation qui risque de devenir incontrôlable le général ordonne aux russes de faire rentrer les civils (7-8) à l'intérieur du bunker après fouille et vérification des papiers. Un par un et solidement escortés, les civils sont accompagnés à l'intérieur du bunker. Alors qu'ils pensaient peut être obtenir un lit et une soupe chaude, les civils sont conduis dans les profondeurs du bunker et enfermés dans une cellule sans lumière devant laquelle plusieurs sentinelles montent la garde.

Le plan de l'otan pour éliminer le général consiste à infiltrer 3 éléments dans le groupe de civil (G109). Non armés, ils ne peuvent faire grand chose. Ils devront essayer de fausser compagnie à leurs gardiens. Depuis l'extérieur, le groupe POM leur fournira des armes via les meurtrières du bunker. Un premier RDV est fixé à 23h00 au bloc 5, puis un second au bloc 3 à 00h00.

Le général vient inspecter le lieu où sont enfermé les prisonniers. Ceux-ci implorent sa pitié et ce dernier accepte de les ramener dans la galerie principale. Leur cellule se trouve en effet très près de l'accès vers le bloc 4 qui pourrait constituer une faille dans la défense du bunker.

Alors que la situation est a peu près sous contrôle à l'intérieur du bunker, une coupure de courant a soudainement lieu. Profitant de la confusion un des membres infiltré du groupe 109 parvient à s'échapper. Il disparaît rapidement aux yeux de ses gardiens qui ont fort à faire avec les autres civils paniqués. L'évadé, suivant les indications précises de sa feuille de mission rejoint au plus vite le bloc 5 et c'est avec soulagement qu'il récupère 3 armes. Il dissimule 2 pistolets dans ses vêtements et en garde un à la main.

De retour dans le couloir principal il est rapidement capturé. Son arme lui est confisquée et il retourne auprès des autres civils à qui il distribue rapidement les armes dissimulées sur lui. Il est alors extrait de sa cellule pour être interrogé. Mais trop tard, les armes sont dans les mains des civils.

à 00h00, les jok'air font une attaque de diversion à l'entrée du Bunker. Les russes ne prennent pas de risques et se confinent à l'intérieur du fort. Le général qui a échappé de très peu au tir d'une grenade rentre se mettre à l'abri dans le bunker. Il se dirige alors vers le groupe de prisonnier qui est confiné dans une pièce disposant d'une meurtrière quand soudain plusieurs détonations retentissent. Le général s'effondre il a été abattu. Dans la cellule les russes ne font pas de quartier, tous les occupants sont liquidés sauf un.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
(A gauche la meurtrière par laquelle les prisonniers ont lâchement assassiné le général)


PHASE 4

à 0800, un nouvel officier tchèque vient prendre la direction des opérations. Il ordonne la reprise des tirs de mortier.
Pour les russes qui ont perdu leur général et les deux points stratégiques situés à l'ouest du bunker, il est nécessaire de tenir l'antenne relai située au niveau du bloc 4. Les Wolf protect se chargent de la défense de la zone AR01 tandis que les ASP s'occupent des tirs de mortier et de la défense du bunker.

L'otan de son coté va tenter un assaut par la porte secondaire du bloc 4.
Pour cela il faut d'abord éliminer les sentinelles tchèques aux abords de leur QG, puis se rendre maître de la zone AR01 et enfin utiliser les explosifs pour détruire la porte du bloc 4. La tache est difficile et la défense bien en place. Les Wolfs protect ne lacheront rien et repousseront 2 assauts. Les civils très remontés par les nouveaux tirs se sont armés et font des assauts répétés mais un peu désorganisés sur la porte du bunker.

Alors que les derniers tirs sont enfin effectués, le général ordonne le début de l'évacuation. Le labo est entièrement démonté. (il a même été saboté par un opérateur pour éviter de laisser des preuves) La ligne téléphonique du bloc 4 est démontée par les méritants ingénieurs wolf protect.
1030, les assauts sont de plus en plus intenses, le commandant ordonne l'évacuation du bloc 4 et de l'antenne relai. C'est l'évacuation générale.
Un convoi venant récupérer les matières toxiques est attendu d'un instant à l'autre.

Après de sérieux accrochages, l'otan parvient à rentrer à l'intérieur du bunker, commence alors pour eux une interminable descente dans les profondeurs du bunker. Ils sont attendus par l'arrière garde russe rendant leur progression difficile. Les russes veulent gagner du temps et se replient petit à petit vers l'entrée du bunker.
Vers 11h30 le convoi arrive enfin, mais surprise, ce n'est pas un contingent tchèque qui arrive, mais un groupe de civils! Ils prennent rapidement par surprise le bâtiment des gardes déstabilisant fortement la défense extérieure. Sous pression les russes parviennent cependant à maîtriser l'avance de l'otan à l'intérieur du bunker et à récupérer la zone extérieure. Ils organisent en toute hâte le chargement du véhicule rebelle dont les clés sont restées sur le contact et parviennent in extremis à quitter les lieux laissant plusieurs cadavres derrière eux.

Image
Image
Image
Image


FINEX


Enfin... pour les orgas et futurs orgas, ou pour votre curiosité... voilà ce que nous vous avions prévu!
Comme vous pourrez le voir, on a du s'adapter un peu, mais très peu, et on a rajouté quelques trucs au dernier moment pour donner un peu plus de piment! (argent par exemple, etc. )
Image
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
benounn
 
Message(s) : 999
Inscription : 21 Avril 2014, 11:47


Retour vers RETEX

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron